Louis XV (1710-1774)

Devenu roi en 1715, le jeune Louis XV, surnommé le « Bien-Aimé », réinstalle, à partir de 1722, le gouvernement et la Cour au château de Versailles, abandonné depuis la mort de Louis XIV. En 1725, il épouse Marie Leszczynska et assure la descendance du trône. Passionné par les sciences et la botanique, il enrichit les jardins du Château et commande pour sa favorite, Madame de Pompadour, le Petit Trianon.

Fils du duc de Bourgogne et de Marie-Adélaïde de Savoie, arrière-petit-fils de Louis XIV, Louis XV est dauphin à la mort de son père en 1712, puis roi à cinq ans, en 1715, à la mort de Louis XIV. Son éducation, dirigée par son gouverneur, le maréchal de Villeroy, et par son précepteur, le cardinal de Fleury, développe son intérêt pour les sciences exactes, la botanique, la médecine, l’astronomie, la géographie, l’histoire. Il reçoit de son tuteur, le duc d’Orléans, Régent du royaume, une formation politique pratique. Dès l’âge de dix ans, il est associé aux conseils de gouvernement.

Peu après la réinstallation du gouvernement et de la Cour à Versailles, abandonné par le pouvoir depuis la mort de Louis XIV, Louis XV est sacré à Reims. S’il réutilise les appartements du Roi pour la vie de représentation, il se fait aménager des appartements privés qui lui permettent de se soustraire à la foule et aux fastes de la Cour.

Le Roi et la famille royale

Bien que Louis XV soit fiancé en 1721 à l’infante d’Espagne, cette dernière est évincée des projets matrimoniaux, considérée comme trop jeune pour assurer la descendance. En 1725, le souverain épouse alors Marie Leszczynska, princesse de Pologne, de sept ans son aînée. Le roi et la reine ont eu dix enfants, nés entre 1727 et 1737. Six filles et un fils, le dauphin, atteignent l’âge adulte. Jeunes, ils habitent l’aile des Princes, l’actuelle aile du Midi. Puis le dauphin, à six ans, s’installe dans le corps central du Château où, au rez-de-chaussée, des appartements sont réservés au successeur au trône. Louis XV choisit, pour assurer l’éducation de ses filles, l’abbaye de Fontevraud. Adultes, elles reviennent à Versailles, à l’exception de l’aînée qui épouse en 1739 son cousin, l’Infant d’Espagne, futur duc de Parme.

Un goût prononcé pour les sciences

Son mécénat s’exerce sur les savants et les ingénieurs.

Il collectionne les objets d’horlogerie et de précision. Les géographes du roi associés à des astronomes travaillent à la cartographie du pays. Le souverain encourage les expéditions maritimes et incite les missions scientifiques à rapporter des plantes des pays lointains. Au Jardin du roi, à Paris, et au jardin botanique de Trianon, il fait appliquer la classification des plantes proposée par le botaniste suédois Linné. Les premières recherches en électricité intéressent Louis XV. En 1746, à Versailles, l’abbé Nollet réalise devant le roi l’expérience de la bouteille de Leyde, qui permet d’obtenir des décharges électriques.

Louis XV, roi de France (1710-1774)
© Château de Versailles, Dist. RMN / © Jean-Marc Manaï

Les favorites

À partir de 1732, plusieurs favorites jouent un rôle important dans la vie personnelle du roi. La plus importante, Madame de Pompadour, réside à Versailles de 1745 jusqu’à sa mort en 1764. Maîtresse puis amie et conseillère de Louis XV, elle exerce un rôle politique, sans parler de son influence prépondérante dans le domaine des arts. Elle place sous sa protection le peintre François Boucher et soutient nombres d’artistes à l’instar du sculpteur Jean-Baptiste Pigalle. En 1763, Madame de Pompadour convainc Louis XV de commander un nouveau château : le Petit Trianon, future résidence de la reine Marie-Antoinette.

 ANECDOTE

À partir de 1732, plusieurs favorites jouent un rôle important dans la vie personnelle du roi. La plus importante, Madame de Pompadour, réside à Versailles.

Quelques années plus tard, après la mort de la marquise, c’est au tour de Madame Du Barry de devenir la favorite du roi en 1768. Elle aussi loge à Versailles, dans un appartement riche et spacieux situé au-dessus des cabinets intérieurs du souverain. Elle reste à ses côtés jusqu’à la mort de ce dernier en 1774. Louis XV lègue à son petit-fils Louis XVI un royaume affaibli et mécontent, portant les germes de la Révolution française.