En 1758, Louis XV envisage la construction d’un nouveau petit château au milieu des jardins qu’il a développés et embellis depuis une petite dizaine d’année. Il commande à Ange-Jacques Gabriel, son Premier architecte, un pavillon de taille suffisamment conséquente pour y habiter et y loger une partie de sa suite. Gabriel signe ici un véritable manifeste de l’architecture néo-classique, exemple parfait de la mode « à la grecque » qui se répandait alors en Europe.

Achevé par Ange-Jacques Gabriel en 1768, le nouveau château de Trianon est nommé Petit Trianon pour le distinguer du Trianon de marbre voisin qui prend quant à lui le nom usuel de Grand Trianon. C’est à Trianon, en avril 1774, que Louis XV ressent les premières atteintes de la petite vérole qui l’emporte quelques jours plus tard, amenant les jeunes Louis XVI et Marie-Antoinette à monter sur le trône. Le Petit Trianon et son domaine est ensuite offert par Louis XVI à sa jeune épouse, qui en fait son séjour favori et entreprend d’importants travaux extérieurs. Le jardin botanique de Louis XV est bientôt remplacé par un jardin anglo-chinois dans le goût du temps.

Au moment de la Révolution, le Petit Trianon est transformé en auberge, tandis que les jardins échappent de peu au lotissement. Napoléon redonne ensuite son lustre à l’ensemble, faisant restaurer château et jardins d’abord pour sa sœur Pauline puis pour l’impératrice Marie-Louise, sa seconde épouse. C’est à l’impératrice Eugénie, femme de Napoléon III, qu’il revient d’avoir, en 1867, transformé le Petit Trianon en musée consacré au souvenir de Marie-Antoinette.

Le bâtiment adopte une forme cubique extrêmement simple ; sa toiture est dissimulée par une balustrade. Gabriel a su éviter un traitement décoratif trop simple ou trop austère en variant le traitement réservé aux façades du château qui offrent toutes cinq ouvertures par étage. La façade méridionale, sur la cour d’honneur, est sobrement ornée de quatre pilastres soulignant une légère saillie des trois travées centrales ; la façade nord reprend ce traitement mais avec un étage en moins à cause de la différence de niveau ; la façade est, qui donnait sur le jardin botanique de Louis XV, est la plus sobre ; en revanche, la façade occidentale, donnant sur le Jardin français, a reçu un traitement très soigné en étant savamment mise en valeur par une élégante terrasse et rehaussée par quatre majestueuses colonnes corinthiennes qui créent un léger avant-corps. Les proportions de l’ensemble en font un chef-d’œuvre d’harmonie et d’élégance.

À l’intérieur, l’espace des deux premiers étages s’organise autour d’une vaste cage d’escalier. La différence de niveau du terrain sur lequel est bâti le château permet aux pièces de réception du premier étage de s’ouvrir de plain-pied sur les jardins. L’appartement de Marie-Antoinette, entresolé, donne sur le Jardin anglais et le Temple de l’Amour. On y remarque un cabinet dit « des glaces mouvantes », dont un ingénieux système de panneaux de boiseries mobiles permet d’obturer à volonté les deux portes fenêtres.

Le château a été entièrement restauré il y a quelques années.

Achetez votre billet

Passeport

Le Passeport donne accès à l'ensemble du Domaine :

20 € Acheter

27 € Acheter

Les jours de Grandes Eaux musicales ou de Jardins Musicaux

Billet Domaine de Trianon

Le billet Châteaux de Trianon donne accès :

Plein tarif

12 € Acheter

Tarif gratuit

0 € Acheter

Visite guidée

Marie-Antoinette à Trianon

La reine reçoit en 1774, le Petit Trianon des mains de Louis XVI. Le domaine deviendra son royaume. Libérée de l'étiquette, elle y crée un monde à l'image de sa personnalité et de la mode du temps.

Durée : environ 1h30

Ce tarif s'applique en plus du droit d'entrée

7 € Réserver

Situez le Petit Trianon sur un plan