Après une semaine de lente agonie, Louis XIV s’éteint à Versailles, le 1er septembre 1715, vers 8h15 du matin, quatre jours avant son soixante-dix-septième anniversaire. Un règne de soixante-douze ans s’achève, le plus long de l’Histoire de France. Un autre règne (1715-1774), presque aussi étendu, commence : celui de Louis XV.

Digne d’une tragédie de Racine, la mort de Louis XIV commence le 10 août 1715. À son retour de chasse de Marly, le roi ressent une vive douleur à la jambe. Son médecin Fagon diagnostique une sciatique, et ne changera pas d'avis. Des taches noires apparaissent bientôt : il s’agit d’une gangrène sénile. Malgré les douleurs atroces, le roi vaque à ses occupations habituelles : il entend assumer ses fonctions jusqu’au bout. Le vieux chêne semble indéracinable et force l’admiration de chacun. Le 25 août, jour de sa fête, il doit néanmoins s’aliter. Il ne quittera désormais plus sa chambre.

La gangrène se développe, et atteint l’os le 26. Les médecins se trouvent désarmés. Le roi reçoit le jour même son arrière-petit-fils, âgé de cinq ans, le futur Louis XV, pour lui prodiguer ses conseils. Il lui recommande de soulager son peuple et d’éviter autant que possible de faire la guerre : « C’est la ruine des peuples ». Conscient de ne pas l'avoir fait lui-même, il lui demande de rester un « prince pacifique ».

Site de l’exposition

Le Roi est mort

300 ans après, retour sur la mort et les funérailles du Roi-Soleil

Mais la mort se fait plus longue que prévue. Le roi dit ses adieux à trois reprises à Mme de Maintenon et à deux reprises à la Cour. On autorise Brun, un Provençal qui prétend détenir un remède miracle, à approcher le lit royal le 29 août. Le fait est que le roi se sent mieux. Mais le mal est là, toujours plus profond. Louis XIV tombe finalement dans un semi-coma, les 30 et 31. Il meurt le 1er septembre au matin. Son corps est exposé pendant huit jours dans le salon de Mercure. Il est transporté le 9 septembre à Saint-Denis, la nécropole des rois de France.

Philippe II d’Orléans, neveu de Louis XIV, devient régent du royaume en attendant la majorité du futur Louis XV. Les querelles de famille commencent : le Régent fait casser, dès le 2 septembre, par le Parlement de Paris le testament du roi qui confisque une partie de ses prérogatives. La Cour quitte Versailles pour Vincennes le 9 septembre et y demeure jusqu’à décembre. Le duc d’Orléans installe le futur roi aux Tuileries et gouvernera depuis sa résidence du Palais-Royal. Philippe V d’Espagne, pour sa part, n’a pas totalement renoncé à ses prétentions au trône de France malgré le traité de Ryswick en 1713. Une nouvelle guerre s’annonce et avec elle, un nouveau retournement des alliances en Europe.

ANECDOTE

Le roi reçoit son arrière-petit-fils, âgé de cinq ans, le futur Louis XV, pour lui prodiguer ses conseils. Il lui recommande de soulager son peuple et d’éviter autant que possible de faire la guerre : « C’est la ruine des peuples » ! Conscient de ne pas l'avoir fait lui-même, il lui demande de rester un « prince pacifique ».

 

Mécénat

Être mécène de Versailles, c’est s’inscrire dans cette chaîne qui relie l’histoire d’hier, d’aujourd’hui et de demain, transmettre aux générations futures la mémoire vivante de l’histoire qui nous a construits entretenir le savoir-faire de métiers d’art rares.

Plus d'informations

Vous venez régulièrement ?

Profitez d’un accès coupe-file au Château et accédez gratuitement et en illimité à tous les espaces du Domaine en souscrivant à la carte "1 an à Versailles".

Offres d'abonnement