Découvrir
Le Château
Collections
Le Jardin
Le Grand Trianon
Le Domaine de Marie-Antoinette
Pratique
Infos Pratiques
Acheter son billet
Plan Interactif
Calendrier des événements
Boutique

Découvrir le domaineLe Château

L'appartement de la marquise de Pompadour

Partager

Imprimer le chapitre

L'appartement de la marquise de Pompadour

Cet appartement, d’où l’on jouit d’une vue magnifique sur le parterre du Nord et la forêt de Marly, est situé dans l’attique surmontant le Grand Appartement du Roi, au-dessus des salons de Mercure et d’Apollon. Il fut d’abord habité, en 1743-1744, par la duchesse de Châteauroux et sa sœur la duchesse de Lauraguais. Après la mort de Madame de Châteauroux, Louis XV le donna à Madame de Pompadour, qui l’occupa de 1745 à 1750.
On traverse une garde-robe aux habits, où l’on rangeait les robes de la favorite et au-dessus de laquelle se trouve la chambre de la femme de chambre de veille. A gauche, quelques marches conduisent à la calotte du salon de la Guerre, autour de laquelle Louis XV avait fait aménager quelques pièces minuscules, tendues de damas de différentes couleurs, et aujourd’hui disparues.
De là on traverse deux cabinets et le salon de compagnie, qui fut d’abord la chambre de Madame de Châteauroux, puis, jusqu’en 1748, celle de Madame de Pompadour. Les belles boiseries étaient peintes en vernis Martin blanc et vert. Le mobilier de qualité qu’on y voit aujourd’hui date du XVIIIe siècle, mais il n’a pas appartenu à Madame de Pompadour. Derrière l’alcôve, se trouvent un cabinet de chaise et une chambre de domestique.
Les deux pièces suivantes n’en formaient qu’une à l’origine : c’était le salon de compagnie, qui fut divisé en 1748 pour former une antichambre et la nouvelle chambre de Madame de Pompadour, dont les boiseries sont l’œuvre de Verberckt.
Au-delà de la chambre, se trouvaient deux antichambres, aujourd’hui disparues, dont l’une servait de salle à manger. A proximité, la favorite avait fait placer une « chaise volante », véritable petit ascenseur que l’on manœuvrait au moyen d’une roue et d’un contrepoids.
En 1750, les relations entre Louis XV et la marquise changèrent de nature : ayant cessé d’être sa maîtresse, elle resta cependant son amie et sa confidente. C’est alors qu’elle quitta cet appartement pour s’installer au rez-de-chaussée du château, où les filles cadettes du Roi ne tardèrent pas à devenir ses voisines.

En poursuivant votre navigation sur ce site sans modifier vos paramètres, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. En savoir plus. Fermer