Versailles se visite, se vit, se ressent. Un lieu, une œuvre, un souvenir… chaque mois nous vous proposons de retrouver « le » Versailles de ceux qui œuvrent à son rayonnement. Conservateurs, historiens, maîtres d’art, jardiniers, écrivains… ils vous racontent leur Versailles. 

Les coups de cœur du mois

Sylvain Parrot, responsable du Grand Parc de Versailles

Sa biographie

Après des études scientifiques, des expériences professionnelles en tant que cuisinier puis libraire, Sylvain Parrot a repris ses études et passé avec succès un BTS Agricole et une licence professionnelle spécialité Aménagement du Paysage. En 2015, il obtient le concours de technicien d’art spécialité Jardinier et est nommé à Versailles. Depuis lors, il est gestionnaire du patrimoine arboré en tant que responsable du Grand Parc de Versailles et s’occupe à ce titre des arbres d’alignements, des bosquets, des arbres admirables et de la biodiversité sur le site du Château.

Ses coups de cœur 

  • Versailles émerveille le visiteur, mais bien souvent chacun s’attache à un lieu plus qu’à un autre ; lequel est-ce pour vous ? Pourquoi ?

Quand j’ai découvert le domaine de Versailles en 2015, je suis immédiatement tombé amoureux du ru de Gally. Ce petit ruisseau court dans le parc pour finir par se jeter dans la Mauldre, à quelques kilomètres au nord-ouest du Grand Parc. Depuis, j’ai travaillé avec mes équipes à aménager ce parcours et je suis ravi du résultat. Quand on marche sous les frondaisons des aulnes et des saules, on découvre des points de vue, on est successivement en forêt  puis à la campagne, et on voit le Versailles sauvage tel qu’il devait être au temps du jeune Louis XIV. Ils sont bien loin les parterres, les allées dessinées au cordeau !  Le parc de Versailles dévoile un autre visage, plus rustique et qui me plaît beaucoup.

  • Au détour d’une salle ou d’une allée, une peinture, une sculpture ou un objet a retenu votre attention ; quel est-il ? Que représente-t-il pour vous ?

L’objet qui m’a le plus impressionné est une simple clé lyre, en fonte, dont les fontainiers se servent pour ouvrir les jeux d’eaux des bosquets du Petit Parc. Imaginer que ces modèles, dont certains sont très anciens, sont les répliques exactes des clés du XVIIe m’émeut particulièrement. En effet, lorsque je remonte les allées, avec ma clé sur l’épaule pour actionner les mécanismes qui ouvrent les jets d’eaux, je suis transporté à la cour de Louis XIV instantanément. Je suis déjà admiratif du génie déployé par les frères Francini qui ont créé le réseau hydraulique de Versailles, mais je suis encore plus impressionné par l’apparente simplicité de son déclenchement ! Il suffit d’actionner une vanne, à l’aide de cette fameuse clé, pour ouvrir les bouches à eau et revenir, en un instant, au siècle de Louis XIV. Et tout ça avec une clé en fonte dont la forme de lyre lui a donné son nom. 

Clé lyre

  • Nos premiers pas dans la galerie des Glaces, l’eau jaillissant des Grandes Eaux… Chacun d’entre nous possède un souvenir de Versailles plus fort que les autres. Lequel est-ce pour vous ?

Lors de l’hiver 2018, l’Île-de-France a connu des chutes de neige d’une grande ampleur. Et le mardi 6 février, lorsque je réussis enfin à atteindre le Domaine malgré les conditions climatiques, je découvre une vision de rêve. Tous les jardins sont recouverts d’un manteau immaculé, et je suis le premier à fouler le tapis blanc qui s’étale devant moi. Mon appareil photo à la main, je mitraille ce domaine que je connais pourtant par cœur : tout a changé, les silhouettes des arbres sont magnifiées par la neige. En m’approchant du Trianon, je vois sur le sol les traces de pas d’un campagnol, et les marques des ailes de la chouette qui s’en ai saisi au vol. Le chemin creux, qui mène de la place du Grand Trianon au vallon de Châteauneuf ressemble à l’entrée d’un château tiré d’un conte des frères Grimm ! Les vieux arbres des avant-cours sont tous habillés de blanc, et commencent à briller au soleil naissant. Ce paysage de conte constitue mon plus beau souvenir de Versailles.

 

Sarah Berreby, danseuse et chorégraphe

Sa biographie

Sarah Berreby obtient un 1er Prix puis prix d’honneur en danse classique au Conservatoire à Rayonnement Régional de Versailles avant d’intégrer le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en danse contemporaine d’où elle sort diplômée mention TB. Son début de carrière au Lyon Opéra Ballet puis au Ballet du Nord, lui permet de se produire dans un répertoire varié. A partir de 1997, elle s'oriente vers la danse baroque, est interprète et principale collaboratrice de Béatrice Massin Compagnie Fêtes Galantes, de Marie-Geneviève Massé Compagnie l'Éventail et aussi de Christine Bayle Compagnie l'Éclat des Muses. En parallèle elle est pédagogue, notatrice du mouvement, assistante chorégraphique ou chorégraphe. Fin 2019, elle crée sa compagnie « SarahBand Dance Cie ». Interprète régulière dans le cadre des Sérénades royales, elle est intervenue à plusieurs reprises pour la programmation culturelle « 1 an à Versailles » depuis 2017.

  • Versailles émerveille le visiteur, mais bien souvent chacun s’attache à un lieu plus qu’à un autre ; lequel est-ce pour vous ? Pourquoi ?

Certainement le lieu auquel je suis le plus attachée est l’Opéra royal sur la scène duquel j’ai eu l’occasion et la grande chance de me produire de nombreuses fois. Cette scène est exceptionnelle par ses dimensions, sa qualité acoustique, sa conception, sa conservation. Bien qu’assez tardive de l’ère baroque, elle nous laisse entrevoir la perfection de la conception de l’art du spectacle des XVIIe et XVIIIe siècles. Deux merveilleux souvenirs avec la Compagnie l’Éventail restent gravés en moi : l’arrivée sur scène en furie depuis les dessous magnifiques, tout en bois, par les tampons actionnés manuellement, en complicité avec les techniciens et en synchronisation avec la musique dans le ballet Don Juan. Aussi l’envol dans les cintres en Médée avec l’écroulement du temple en décor où les colonnes se cassent face à une salle médusée juste avant la chute du rideau.

  • Au détour d’une salle ou d’une allée, une peinture, une sculpture ou un objet a retenu votre attention ; quel est-il ? Que représente-t-il pour vous ?

Mon attention ces derniers temps s’est portée sur le tableau du Portrait mythologique de la famille de Louis XIV peint par Jean Nocret accroché dans le salon de l’Œil de Bœuf; cette salle fut notre loge entre chaque Sérénade dernièrement alors j’ai pris le temps de la contempler. Cette peinture me touche par ses représentations de chaque personne comme dans une pièce de théâtre, ou chacun a un rôle à tenir et une action à faire dans la pièce. Le costume et la place dans la composition aide à la lecture de l’œuvre. Même si l’on n’est pas au fait de tous les liens entre les acteurs de cette toile, les postures et gestes figés nous donne des symboles évocateurs. Pour moi c’est une forme très proche d’une chorégraphie où par le seul geste, la scénographie, la musique et la tenue, l’œil du spectateur peut se raconter une histoire.

Portrait mythologique de la famille de Louis XIV

© Château de Versailles, Dist. RMN / © Jean-Marc Manaï

Le lien vers le site collection

  • Nos premiers pas dans la galerie des Glaces, l’eau jaillissant des Grandes Eaux… Chacun d’entre nous possède un souvenir de Versailles plus fort que les autres. Lequel est-ce pour vous ?

J’ai de nombreux souvenirs dans la galerie des Glaces puisque ces dernières années, j’ai eu le plaisir d’y danser avec la Compagnie l’Éventail pour les Sérénades royales, à raison de cinq représentations par soir. Comme studio de danse il est difficile de rêver mieux ! Et comme scène ce fut un splendide révélateur d’expressions; en effet jouer face à un public aussi international et avec une telle proximité a été l’occasion d’échanges malicieux avec les spectateurs; chose impossible dans une salle classique. En effet dans cette disposition, j’aime les voir réagir à nos jeux, se projeter dans leur imaginaire, se rêvant l’espace d’un instant dans un autre temps au travers de nos présences en costumes et gestes élégants dans ce décor magique. Mon image préférée est un pas suspendu en équilibre face au jardin avec les fontaines qui venaient de démarrer, la musique qui nous accompagnait et un magnifique coucher de soleil qui sublima le tout.

 

Précédemment

Retrouvez ci-dessous tous les coups de cœur des mois précédents. 

Étonnant Versailles

Découvrez l'histoire du château de Versailles sous un nouvel éclairage avec la web-série « Étonnant Versailles ».

Découvrir

L'application mobile du Château

L'application propose gratuitement l'audioguide de l'ensemble du domaine (Château, jardins, domaine de Trianon...) ainsi qu'une carte interactive.

Plus d'info