Découvrez « Le Versailles de » Gabriela Lamy, chercheuse au service des Ressources Domaniales au château de Versailles.

Sa biographie

 

Gabriela Lamy est rattachée au Service des Ressources Domaniales à la Direction du Patrimoine et des Jardins. Elle avait rejoint auparavant l’équipe des jardiniers de Trianon en 2001. Elle a passé en 2004 un DESS « Jardins historiques, patrimoine, paysage » à l’École d’architecture de Versailles. Elle participe depuis 2007 au programme de recherche « Le végétal dans les grands jardins européens à l’époque moderne » mené par le Centre de recherche du château de Versailles. Elle a publié de nombreux articles et a été co-commissaire de l’exposition Fleurs du roi au Grand Trianon en 2013. Ses recherches l’amènent à retrouver l’histoire des collections de plantes entretenues tant dans les jardins que dans les orangeries de Versailles et de Trianon.

SES COUPS DE CŒUR

  • Versailles émerveille le visiteur, mais bien souvent chacun s’attache à un lieu plus qu’à un autre ; lequel est-ce pour vous ? Pourquoi ? 

L’orangerie du Petit Trianon que la reine Marie-Antoinette fait construire en 1777 reste pour moi un témoignage privilégié de l’évocation du voyage des plantes : le bâtiment composé d’une serre chaude centrale et de deux orangeries attenantes, abritait les collections de plantes exotiques rapportées par des naturalistes animés d’un formidable esprit d’aventure. L’origine de ces plantes évoquaient alors des contrées lointaines : imaginer la réception des plantes de Guyane envoyées d’abord par le botaniste Jean-Baptiste Fusée-Aublet puis en 1782 par Louis-Claude Richard, le départ du botaniste André Michaux en 1785 en Amérique septentrionale, la visite des ambassadeurs du sultan de Mysore en septembre 1788 ou les récits de voyages de Félix Delahaye, ancien jardinier de l’expédition d’Entrecasteaux, permet, le temps d’une promenade, de s’évader de l’univers clos des jardins.

  • Au détour d’une salle ou d’une allée, une peinture, une sculpture ou un objet a retenu votre attention ; quel est-il ? Que représente-t-il pour vous ?

Le tableau peint par Jean Cotelle, Parterres du Trianon de marbre avec Zéphyr et Flore endormie, m’a très vite interpellée : au premier plan la corbeille et la cassolette où brûlent des eaux de senteur composées avec les fleurs du jardin donnent le ton à la composition du tableau : la puissance narcotique des tubéreuses et des jasmins d’Espagne plonge Flore et deux angelots dans une léthargie équivoque : dorment-ils ou sont-ils shootés ?
Chargés de fleurs et de fruits, les orangers entourés à leur pied par trois gradins de gazon circulaires évoquent un arbre représenté dans le Songe de Poliphile et laissent supposer que le jardin pourrait être l’île de Cythère dont Aphrodite était la reine. 
Les pièces d’orfèvrerie – jarre, brûle-parfum, vase et arrosoirs – associées aux outils de jardinage – cordeau, bêche, râteau, rabot, ratissoire à tirer – rendent une noblesse certaine aux instruments du jardinier.

Parterres du Trianon de marbre avec Zéphyr et Flore endormie, Jean Cotelle 
Site collection

  • Nos premiers pas dans la galerie des Glaces, l’eau jaillissant des Grandes Eaux… Chacun d’entre nous possède un souvenir de Versailles plus fort que les autres. Lequel est-ce pour vous ?

Venue en famille en mars 1994 avec mes enfants hauts comme trois pommes, quelle fut ma surprise en entendant dans la cour du château fifres et tambours en bel uniforme jaune accompagner un détachement du régiment d’infanterie le Royal-Suédois : les Karolins (soldats en tenue du XVIIIe siècle) vêtus d’un élégant manteau bleu doublé de jaune et replié en bas, évoluaient dans la cour avec fusils et bouches à feu.
J’apprenais que cette prise d’armes faisait écho à l’exposition qui se tenait alors à Paris Le Soleil et l’Étoile du Nord, au Grand Palais. Je me suis empressée d’aller la voir et d’y retrouver plus particulièrement Carl von Linné, le « législateur de la nature », célèbre botaniste suédois qui était en relation épistolaire avec les jardiniers de Trianon.
 

Ses conseils de lecture

  • Versailles se raconte à travers des milliers de pages, des mémoires les plus anciens aux livres d’art les plus récents. Quel est pour vous le livre incontournable sur Versailles ?

Une conférencière en 1997 m’avait conseillée d’avoir dans ma bibliothèque Versailles – histoire du château des rois de Jean-Claude Le Guillou. Depuis, l’ouvrage a été réédité.

  • Classique, récit d’aventures, beau-livre… Incontournable de votre bibliothèque ou récente découverte, auriez-vous un conseil de lecture à nous donner ?

Allez à la Boutique des Princes du château et choisissez le livre qui vous inspirera le plus au gré des saisons et de vos humeurs ! Vous serez également très bien conseillés sur place ! Pour ma part je prends le temps de relire Le Soleil éclipsé – Le château de Versailles sous l’Occupation de Claire Bonnotte publié en 2018. Cet ouvrage dévoile une période complexe au passé si peu lointain et jusque-là très peu étudiée : des personnalités inconnues du grand public ont mis à l’abri les œuvres puis ont continué à entretenir bâtiments et jardins malgré les tirs de la DCA, les bombardements, le vandalisme et le grand froid si préjudiciables aux œuvres.

 

Étonnant Versailles

Découvrez l'histoire du château de Versailles sous un nouvel éclairage avec la web-série « Étonnant Versailles ».

Découvrir

L'application mobile du Château

L'application propose gratuitement l'audioguide de l'ensemble du domaine (Château, jardins, domaine de Trianon...) ainsi qu'une carte interactive.

Plus d'info