Napoléon Ier 1769-1821

Issu d’une famille de moyenne noblesse corse, Napoléon Bonaparte connut une ascension fulgurante après la Révolution et un destin hors du commun grâce à sa foi dans son destin, sa « bonne étoile » comme il le disait lui-même.

Officier d’artillerie en 1785, général en 1793, il devint Premier consul à la faveur du coup d’État de Brumaire (novembre 1799). Empereur des Français en mai 1804, sous le nom de Napoléon 1er, il fut l’artisan du redressement de la France après la Révolution, avant d’être le conquérant de l’Europe, ce qui entraîna sa perte.

Sacre de Napoléon et couronnement de Joséphine à Notre-Dame de Paris, 2 décembre 1804 (détail)

© RMN (Château de Versailles) / Peter Willi

Le lien vers le site collection

Dès le début de son règne, Napoléon pensa faire à nouveau de Versailles, délaissé par les pouvoirs successifs de la Révolution, l’une des résidences de la Couronne restaurée. Ayant demandé des projets à ses architectes, il y renonça en raison des coûts élevés annoncés, mais fit étudier la remise en état du Grand Trianon et du Petit Trianon pour y séjourner en famille.

Le petit appartement de l'Empereur au Grand Trianon

Les travaux furent vraiment menés à bien sous la direction de l’architecte Trepsat, à l’annonce du remariage de l’Empereur avec la fille de l’empereur d’Autriche, l’archiduchesse Marie-Louise de Habsbourg-Lorraine, en 1809. Le Petit Trianon, d’abord laissé à la disposition de Pauline Borghèse, la sœur préférée de l’Empereur, fut remeublé pour la nouvelle impératrice.

ANECDOTE

Napoléon et Marie-Louise ne firent que trois courts séjours à Trianon, en 1810, 1811 et 1813.

 

Lors de la restauration du Grand Trianon, à la demande du général De Gaulle, dans les années 1960, c’est l’état du Premier Empire, le seul presque complet, qui fut privilégié pour la restitution des appartements.