Louis-Philippe Ier, nouveau roi des Français, prolongea son programme historique initié au château de Versailles par le récit de son règne. Une salle "Louis-Philippe" fut dédiée à l'exposition des nombreuses toiles commandées par le roi. Cette salle fut ensuite élargie à un ensemble plus vaste: les salles de Constantine, du Maroc et de la Smalah.

Le Projet du nouveau règne

Dès les débuts du projet des Galeries historiques en 1833, se posa la question de la prolongation de son programme historique par le récit du règne de son créateur, Louis-Philippe, nouveau roi des Français. Comme tous les souverains avant lui, celui-ci n’eut de cesse de commander, année après année, de nouveaux tableaux d’actualité, et une salle « Louis-Philippe » fut bientôt prévue dans des espaces restructurés de l’aile du Nord, bientôt élargie à un tout un ensemble : les salles de Constantine, du Maroc et de la Smalah.

Salle de la Smalah

© EPV/Didier Saulnier

Horace Vernet à l'honneur

Le souverain voulait préserver la paix, mais très vite contraint de s’engager dans des opérations militaires, il envoya ses fils en campagne et demanda de nouveaux tableaux pour illustrer leurs hauts faits d’armes. Le siège d’Anvers en 1832, lors de la création du nouveau royaume de Belgique, la conquête progressive de l’Algérie, tout au long du règne, le siège de Saint-Jean-d’Ulloa, au Mexique, en 1838, furent autant de nouveaux sujets que le roi demanda à son peintre préféré, Horace Vernet, avec lequel il entretenait des liens de familiarité.

Horace Vernet, Prise du fort Saint-Jean-d'Ulloa, 27 novembre 1838

© RMN-GP (Château de Versailles) / Droits réservés

Plus d'informations sur le site Collections

un projet inachevé

Après la salle de Constantine, inaugurée en 1842, on entreprit le décor de la salle du Maroc et de celle de la Smalah, dont les projets ne furent jamais totalement menés à bien, interrompus brutalement par la chute du régime en février 1848. La Prise de la Smalah d’Abd el-Kader en 1843, fournit le sujet d’un immense tableau qui occupe toute la longueur de la salle, à laquelle il a donné son nom. Du programme pour la salle du Maroc, ne fut achevée que la Bataille d’Isly, installée depuis en face de la Smalah. Sous le second Empire, la salle du Maroc devint la salle de Crimée, puis de Crimée et d’Italie, tandis que les salles intermédiaires reçurent d’autres tableaux de l’histoire du nouveau règne. Une fois encore, le projet resta inachevé et pour toujours. Aujourd’hui, les salles d’Afrique servent aux grandes expositions temporaires de Versailles, et leurs grands tableaux, protégés, sont la plupart du temps invisibles.

Panorama D'Afrique par Valérie Bajou, conservateur en chef

La prise de la Smalah d'Abd-el-kader

Louis-Philippe sur le fleuve Muonio

Quelques œuvres des salles d'Afrique, de Crimée et d’Italie

1843-1845 — Horace Vernet

Prise de la Smalah d'Abd-el-Kader par le duc d'Aumale à Taguin, 16 mai 1843
Plus d'infos

1840 — Horace Vernet

Attaque de la citadelle d'Anvers, 22 décembre 1832
Plus d'infos

1838-1839 — Horace Vernet

Siège de Constantine. Prise de la ville, 13 octobre 1837
Plus d'infos

1844-1846 — Horace Vernet

Bataille d'Isly, 14 août 1844
Plus d'infos

les galeries historiques comprennent également

 

Mécénat

Être mécène de Versailles, c’est s’inscrire dans cette chaîne qui relie l’histoire d’hier, d’aujourd’hui et de demain, transmettre aux générations futures la mémoire vivante de l’histoire qui nous a construits entretenir le savoir-faire de métiers d’art rares.

Plus d'informations

Vous venez régulièrement ?

Profitez d’un accès coupe-file au Château et accédez gratuitement et en illimité à tous les espaces du Domaine en souscrivant à la carte "1 an à Versailles".

Offres d'abonnement