Découvrir
Le Château
Collections
Le Jardin
Le Grand Trianon
Le Domaine de Marie-Antoinette
Pratique
Infos Pratiques
Acheter son billet
Plan Interactif
Calendrier des événements
Boutique

Découvrir le domaineLe Château

Les appartements de Marie-Antoinette

Partager

Imprimer le chapitre

Les appartements de Marie-Antoinette

Derrière son Grand Appartement, la reine disposait de petites pièces réservées à son usage privé et au service de ses femmes de chambre. Au XVIIe siècle, les cabinets de la reine se multiplièrent. Marie Leszczinska s’y retirait pour lire, peindre, méditer ou recevoir ses visites les plus intimes. Marie-Antoinette y ajouta encore des entresols et des étages, allant jusqu’à se constituer un véritable petit appartement au rez-de-chaussée, donnant sur la cour de Marbre.

Le cabinet doré

Quand elle était à Versailles, c’est dans son cabinet intérieur – la plus vaste des pièces privées de la reine – que Marie-Antoinette se retirait le plus souvent pour y recevoir ses enfants et ses amies, pour y jouer de la musique avec Grétry comme professeur, ou pour poser devant Mme Vigée-Lebrun, son peintre préféré. Créée pour Marie Leszczinska, cette pièce a été redécorée en 1783 d’après les dessins de Richard Mique, l’architecte de Marie-Antoinette. Les boiseries des frères Rousseau, ornées de sphinx et de trépieds antiques, rappellent la récente découverte de Pompéi et d’Herculanum. La plupart des meubles et objets d’art qui s’y trouvent aujourd’hui ont appartenu à la souveraine : ainsi en est-il, par exemple, de la commode, une des plus belles créations de Riesener, livrée pour sa chambre à Marly, ou des vases de Sèvres « à la chinoise », qui la surmontent, provenant de son appartement de Saint-Cloud.
Ce cabinet doré – ainsi appelé en raison de la profusion des ors des boiseries, des bronzes, des sièges – s’ouvre par une petite porte située à gauche de la cheminée sur un petit cabinet dont la peinture de couleurs en vernis Martin date des années 1750. C’est le seul témoignage original de la vogue que connut alors ce procédé qui voulait imiter la laque de Chine. Ses boiseries proviennent d’un arrière-cabinet de l’appartement de Marie-Josèphe de Saxe situé au rez-de-chaussée ; c’est Marie-Antoinette elle-même qui fit remonter ce décor créé pour sa belle-mère.

Le cabinet de la Méridienne

La forme particulière de ce boudoir, avec ses pans coupés, permettait au service de la reine de passer de la grande chambre vers les autres cabinets sans déranger la souveraine qui, à la mi-journée, venait s’y reposer, d’où le nom de Méridienne. C’est en 1781, après que Marie-Antoinette eut enfin donné naissance à un héritier, que la pièce reçut son décor de boiseries dont les motifs se retrouvent en bronze appliqués sur les portes vitrées. Le dauphin que l’on y voit évoque l’enfant, tandis que les roses, l’aigle des Habsbourg et le paon, attribut de la déesse Junon, sont des allusions à la personne de la reine.

Le cabinet du Billard

Au second étage, la reine disposait d’autres cabinets. L’un d’eux, dont les soieries viennent d’être restituées et les canapés par J. Jacob replacés, servait de salle de billard.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site sans modifier vos paramètres, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. En savoir plus. Fermer