En poursuivant votre navigation sur ce site sans modifier vos paramètres, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. En savoir plus. Fermer

Découvrir
Le Château
Collections
Le Jardin
Le Grand Trianon
Le Domaine de Marie-Antoinette
Pratique
Acheter son billet
Infos Pratiques
Plan Interactif
Calendrier des événements
Boutique

L'HistoireLes grandes dates

1774 La mort de Louis XV

Partager

Imprimer le chapitre

10 mai 1774

Agé de 64 ans, Louis XV s’éteint, le 10 mai 1774, dans la chambre de son appartement intérieur. Un règne de 59 ans s’achève, le plus long après celui de Louis XIV. Contre toute attente, le « Bien-Aimé » finit « Mal-Aimé ».

Parti le 26 avril au Petit Trianon avec Madame du Barry et quelques intimes, le roi se réveille le lendemain incommodé. Il est courbaturé et a mal à la tête. Il entend cependant maintenir la chasse prévue. Le soir même, toujours indisposé, il se couche sans souper. Le mal augmente. On fait venir le 28, son Premier médecin La Martinière, qui ordonne son transfert à Versailles : le roi doit être soigné dans sa chambre. Le 29 au matin, on entame la première saignée. Le roi est alors couché sur un lit de camp, entouré d’une foule de médecins et d’officiers de santé qui se querellent sur le diagnostic et les remèdes à apporter. Vers 10h30, plus de doute possible : le roi a la variole, maladie qu’il n’a pas contractée précédemment et contre laquelle il n’est pas immunisé. On écarte la famille royale pour éviter tout risque de contagion. Paradoxalement, une partie de la Cour est soulagée. La maladie est connue et le roi s’en remettra. D’autres au contraire sont plus pessimistes.

Le fait est que les maux de tête persistent et que la fièvre augmente. Le corps se couvre de boutons. Le 1er mai, l’état du roi semble stationnaire. Il s’améliore progressivement à mesure de la suppuration du corps et du visage. Arrive le 8 mai, moment-clé d’évolution de la maladie : elle peut s’accroître ou décroître. Le redoublement l’emporte finalement. La fièvre augmente, le pouls s’emballe. Le roi délire et la suppuration diminue. Les médecins le considèrent comme perdu. Le 9, le mal ne cesse de progresser. Les croûtes et les boutons séchés virent au noir et celles formées dans la gorge empêchent toute déglutition. On fait venir son Confesseur et son Premier aumônier qui lui administre l’extrême onction. On lui ingurgite sans espoir un ultime remède. Le roi a le visage noirci et déformé par les croûtes. Le matin du 10 mai, il est prostré mais encore conscient. Il entame son agonie à 11h. Elle ne s’achèvera qu’à 15h15.

Aux cris de « Vive le roi ! », la foule des courtisans dévalent  la galerie des Glaces pour se rendre dans l’appartement du dauphin au rez-de-chaussée. Louis XVI et Marie-Antoinette se mettent à genoux. Ils  murmurent, enlacés : « Mon Dieu, protégez-nous, nous régnons si jeunes ! ». Le règne de Louis XVI commence. Ce sera le dernier à Versailles.