Marie-Thérèse d’Autriche Épouse de Louis XIV (1638-1683)

Fille de Philippe IV d’Espagne et d’Élisabeth de France, Marie-Thérèse nait en 1638 à l’Escurial, palais proche de Madrid. En 1660, suite au traité des Pyrénées, elle épouse Louis XIV à Saint-Jean-de-Luz, mariage qui scelle la réconciliation entre la France et l’Espagne. Décrite comme timide et effacée, la reine accompagne le roi dans tous ses déplacements officiels.

Timide, patiente, naïve, douce et très pieuse, elle reste à l’écart du monde de la Cour, ayant des difficultés à parler le français. Elle s’entoure surtout de suivantes espagnoles. En 1666, la mort de sa tante et belle-mère Anne d’Autriche la prive d’un appui précieux. Très admirative de son époux, elle souffre de ses infidélités.

Grande date

1700 Le duc d’Anjou, roi d’Espagne

Épisode des guerres autour du trône d’Espagne

Marie-Thérèse d’Autriche attache de l’importance à son rôle de mère et apporte son soutien à Bossuet, chargé de l’instruction du Dauphin, comme en témoigne leur correspondance : « Ne souffrez rien, Monsieur, dans la conduite de mon fils, qui puisse blesser la sainteté de la religion qu’il professe, et la majesté du trône auquel il est destiné. »

ANECDOTE

Tout en étant nommée Régente par Louis XIV en 1672, lors de la guerre de Hollande, sa nature l’écarte de toute ambition politique.

Elle accompagne le roi lors de tous ses déplacements officiels. En 1667, elle participe notamment au voyage dans les Pays-Bas espagnols, en pleine guerre de Dévolution menée pour défendre ses propres droits sur le trône espagnol. Mais en 1683, son périple en Bourgogne et en Alsace l’épuise. À son retour à Versailles, elle tombe malade et meurt brutalement d’un abcès. Le roi a alors cette phrase cruelle qui montre le peu d’intérêt qu’il éprouvait à l’égard de son épouse : « Voilà le premier chagrin qu’elle m’ait donné ».