Au XVIIe siècle, les théologiens, en particulier Bossuet, développent le thème du pouvoir sacré du roi, montrant que le pouvoir et la puissance sont des concepts d’origine divine. L’exercice du pouvoir par le roi est défini par les lois fondamentales du royaume : loi de succession et loi d’inaliénabilité du Domaine qui assure au souverain la charge de l’État et exclut les femmes de la succession du trône.

Le Conseil du roi

Après le décès de son principal ministre Mazarin en 1661, Louis XIV décide de ne pas réattribuer cette charge et se place ainsi à la tête de toutes les affaires du royaume. Le roi gouverne, entouré de ses ministres, secrétaires d’État, officiers… On appelle Conseil du roi l’organe au sein duquel le roi déclare sa volonté et définit son action. De la réorganisation imposée par Louis XIV au début de son règne personnel subsistent encore, en 1715, quatre conseils principaux qu’il préside.

Le Conseil d’en haut

Il a pour objet toutes les questions importantes de politique intérieure ou extérieure et a lieu au moins trois fois par semaine, réunissant le roi et les ministres d’État.

Le Conseil des dépêches

Conseil de haute administration, ses réunions ont lieu tous les quinze jours. Le chancelier, les ministres d’État, les secrétaires d’État, le chef du conseil royal des finances participent à ce conseil qui est ouvert à des membres de la famille royale. Monsieur, frère du roi, y est admis. C’est aussi le lieu de formation politique du Dauphin et de ses fils.

Le Conseil royal des finances

Ce conseil a lieu deux fois par semaine et consacre le rôle de plus en plus important du contrôleur général des finances Colbert.

Le Conseil de conscience

Ce conseil, qui comprend principalement le roi et son confesseur, a pour charge la distribution des bénéfices ecclésiastiques. Ces réunions, non soumises au regard de la Cour, montrent le roi entouré de quelques personnes de confiance placées à des postes-clés. On voit se constituer de véritables dynasties au service de l’État : les Colbert, les Le Tellier, les Phélyppeaux…