En contrebas du Château, l’Orangerie, par son ampleur, par sa hauteur, par la pureté de ses lignes, est l’un des endroits où Jules Hardouin-Mansart a le mieux affirmé son talent de grand architecte. Orangers du Portugal, d’Espagne ou d’Italie, citronniers, lauriers-roses, palmiers ou encore grenadiers, certains ayant jusqu’à plus de 200 ans, tous ces arbustes sont conservés l’hiver dans l’Orangerie et déployés l’été sur son parterre.

Conformément aux consignes gouvernementales le château de Versailles est fermé au public. Le château et ses jardins, le Grand et le Petit Trianon et leurs jardins, la galerie des Carrosses, la galerie des Sculptures et des Moulages et la salle du Jeu de Paume sont fermés.
Les visiteurs ayant acheté un billet pour la période seront remboursés automatiquement. 

Le bâtiment

L’Orangerie n’est pas accessible en visite libre, seulement en visite guidée.

Le château de Versailles est doté d’une orangerie dès 1663, bâtie par Louis Le Vau. L’emplacement est excellent : orientée plein sud, elle est protégée du froid des vents dominants par sa position sous le parterre du Midi. Vingt ans plus tard, Jules Hardouin-Mansart double la longueur de cette première orangerie, ainsi que sa largeur, pour en faire un immense édifice. La galerie centrale est longue de plus de 150 mètres et sa voûte culmine à 13 mètres de haut. Deux galeries en retour s’achèvent sous les escaliers monumentaux des Cent-Marches qui jouent le rôle de contreforts à l’ensemble. Les murs, de 4 à 5 mètres d’épaisseur, les doubles vitrages des baies et l’exposition au Midi permettent de maintenir l’hiver une température qui ne descend pas au-dessous de 5° C.

Pour peupler l’Orangerie, Louis XIV rassemble tous les orangers des maisons royales et multiplie les acquisitions de nouveaux sujets en Italie, en Espagne et au Portugal. Il est alors de bon ton chez les courtisans, pour faire leur cour au roi, d’offrir leurs propres orangers. La hâte avec laquelle on les transporte (même en plein hiver) cause bien des pertes mais l’Orangerie de Versailles peut bientôt s’enorgueillir de posséder la plus grande collection d’Europe.

Les caisses à Orangers

Aujourd’hui, Jardins du Roi Soleil fabrique, sous licence de marque exclusive, les caisses à oranger « Château de Versailles ® », adaptations brevetées des bacs jardiniers du 17ème siècle créés par André Le Nôtre.

Plus d'informations

Le parterre de l’Orangerie

Le parterre de l’Orangerie est accessible en visite libre directement depuis les jardins. 

Le parterre de l’Orangerie s’étend sur pas moins de trois hectares. Sous Louis XIV, il était orné de quelques sculptures aujourd’hui au musée du Louvre. Composé de quatre pièces de gazon et d’un bassin circulaire, il accueille en été 1055 arbres en caisses, dont orangers, palmiers, lauriers-roses, grenadiers et arbustes du genre Eugenia, qui séjournent en hiver à l’intérieur du bâtiment.

Situez l'Orangerie sur un plan

Les chroniques de Versailles

Qu'y avait-il que la table des rois ? Quelle était la boisson fétiche de Louis XV ? Comment fonctionnent les fontaines des Jardins ?

Découvrir les chroniques

Faire un don en ligne

À votre tour, participez à l'histoire du château de Versailles en soutenant le projet qui vous ressemble : adoptez un tilleul, contribuez au rayonnement du Château ou participez au remeublement des appartements royaux.

Je soutiens Versailles