Sous les façades du Château, côté jardins, s’étendent trois grandes vastes surfaces : le parterre du Nord, le parterre du Midi et le parterre d’Eau. Ce dernier se compose de deux grands bassins rectangulaires, tandis que les deux autres parterres ainsi que le parterre de Latone se laissent découvrir d’un point de vue plongeant depuis le parterre d’Eau, permettant d’apprécier leurs broderies végétales dessinées par Le Nôtre.

Le parterre d’Eau

Ces deux grands bassins rectangulaires reflètent la lumière et éclairent la façade de la galerie des Glaces. Pour Le Nôtre, la lumière est un élément du décor, au même titre que la verdure ; dans ses compositions, il équilibre les masses d’ombre et de clarté.

Plusieurs fois modifié, cet ensemble ne reçut sa forme définitive qu’en 1685. Le décor sculpté fut alors conçu et dirigé par Charles Le Brun : chaque bassin est cantonné de quatre figures de bronze figurant les fleuves et les rivières de France : La Loire et Le Loiret (par Thomas Regnaudin), Le Rhône et La Saône (par Jean-Baptiste Tuby), La Seine et La Marne (par Étienne Le Hongre), La Garonne et La Dordogne (par Antoine Coysevox) ; auxquelles s’ajoutent quatre nymphes et quatre groupes d’enfants disposés sur les grands côtés.

Le corps central du Château est bordé de deux parterres dont l’ampleur contribue à mettre en valeur les façades du bâtiment.

Le parterre du Nord 

Au nord, on accède au parterre par un degré encadré de deux statues de bronze fondues en 1688 par les frères Keller : Le Rémouleur et une Vénus pudique. Le parterre est divisé en deux grandes parties centrées chacune sur un bassin circulaire. Il s’achève, au nord, par le bassin de la Pyramide. Exécutée par le sculpteur François Girardon sur un dessin de Charles Le Brun, la Pyramide, au centre de son bassin, demanda trois ans de travail. Elle est composée de quatre vasques de plomb superposées, supportées par des tritons, des dauphins et des écrevisses en plomb.

Le parterre du Midi

Le parterre du Midi, ou jardin des Fleurs, conduit le regard au sud, jusqu’à une balustrade qui révèle, une fois que l’on y parvient, le parterre de l’Orangerie situé en contrebas. L’accès central du parterre, auquel on descend par quelques marches, est encadré de deux statues de sphinx chevauchés par des Amours de bronze (transportés ici en 1685, après avoir flanqué le haut du grand degré du parterre de Latone depuis 1670).

 

Le Parterre de Latone

D’une surface de près de 3,5 hectares, au cœur de la composition des jardins de Versailles, le parterre de Latone dessiné par André Le Nôtre a été aménagé dès le milieu des années 1660 avec les premiers travaux d’embellissement voulus par Louis XIV. Il fut ensuite transformé après la Révolution en une simple pelouse. Des massifs de fleurs y ont été ajoutés à la fin du XIXe avant de retrouver son aspect d'origine en 2015.

Mécénat

Être mécène de Versailles, c’est s’inscrire dans cette chaîne qui relie l’histoire d’hier, d’aujourd’hui et de demain, transmettre aux générations futures la mémoire vivante de l’histoire qui nous a construits entretenir le savoir-faire de métiers d’art rares.

Plus d'informations

Vous venez régulièrement ?

Profitez d’un accès coupe-file au Château et accédez gratuitement et en illimité à tous les espaces du Domaine en souscrivant à la carte "1 an à Versailles".

Offres d'abonnement