Découvrir
Le Château
Collections
Le Jardin
Le Grand Trianon
Le Domaine de Marie-Antoinette
Pratique
Infos Pratiques
Acheter son billet
Plan Interactif
Calendrier des événements
Boutique

Découvrir le domaineLe Château

Les appartements du Dauphin et de la Dauphine

Partager

Imprimer le chapitre

Les appartements du Dauphin et de la Dauphine

Ces appartements de rez-de-chaussée étaient toujours réservés aux premiers membres de la famille royale. L’état actuel correspond à l’époque où ils étaient habités par le fils de Louis XV (Louis dauphin de France) et par sa seconde épouse Marie-Josèphe de Saxe, c’est-à-dire entre 1747 et 1765. Ils abritaient le petit dauphin, futur Louis XVII, et sa sœur Madame Royale lorsque la Révolution éclata. Ces appartements sont actuellement fermés.

La première antichambre de la Dauphine

La première antichambre de la Dauphine correspond à une partie de l’emplacement d’une chapelle qui occupait la hauteur du rez-de-chaussée et du premier étage. Cette chapelle fut détruite en 1682 et remplacée alors par un appartement où se succédèrent la duchesse de Montpensier, dite « la Grande Mademoiselle » (1692-1693), le Grand-Aumônier de France (1693-1706) et le Grand-Maître de la garde-robe du Roi (1706-1712). En 1712, cet appartement fut remplacé par une salle des Gardes pour le duc de Berry. A la mort de ce prince, le 4 juillet 1714, cette salle fit partie de l’appartement du maréchal de Villars. En 1747, elle fut réduite d’un tiers de sa surface pour former la première antichambre de la Dauphine.

Les tableaux qui y sont présentés évoquent la Régence de Philippe d’Orléans, l’avènement et le sacre de Louis XV. On y voit notamment un portrait du jeune roi peint en 1723 par Alexis-Simon Belle, qui l’a représenté revêtu du costume du sacre. On peut également y admirer un portrait de Philippe d’Orléans par Jean-Baptiste Santerre et des portraits de deux parlementaires par Nicolas de Largillière : Thomas Morant, conseiller d’Etat, et Louis-Urbain Le Peletier, maître des requêtes. Enfin, sur le mur nord, on trouve un tableau de Louis-Michel Dumesnil : Lit de Justice de Louis XV (1715) et, sur le mur est, la Cavalcade du Roi après le sacre le 22 octobre 1722, de Pierre-Denis Martin.

La seconde antichambre de la Dauphine

C’est ici qu’avait d’abord été prévue la chapelle aménagée finalement dans la salle précédente. Divisée à l’origine en quatre pièces, cette salle fit partie jusqu’en 1693 de l’appartement de la Grande Mademoiselle. Elle devint ensuite le vestibule de l’appartement de Monseigneur, puis de son fils aîné le duc de Bourgogne. Antichambre du duc de Berry de 1712 à 1714, elle fit ensuite partie de l’appartement du maréchal de Villars et devint enfin, en 1747, la seconde antichambre de la Dauphine.

Les dessus-de-porte sont occupés par des portraits de Marie Leszczinska en costume royal et d’une princesse royale inconnue, ainsi que par deux tableaux de fleurs peints par Jean-Bapiste Monnoyer. Sur la belle cheminée de sérancolin, qui provient peut-être de la chambre de Marie Leszczinska au premier étage, est exposé un buste du Régent par Jean-Louis Lemoyne. Sur le mur nord, est présenté un grand Portrait équestre de Louis XV (1723) par Charles Parrocel et Jean-Baptiste Van Loo.

Le grand cabinet de la Dauphine

À la suite de l’appartement du Dauphin, celui de la Dauphine se visite dans le sens inverse de l’ordre normal de succession des pièces, à savoir : première et seconde antichambres, grand cabinet, chambre et enfin cabinet intérieur. Dans le grand cabinet, dont les dimensions remontent à l’époque où la pièce servait de salle des Gardes au fils de Louis XIV, Marie-Josèphe de Saxe réunissait les dames de son entourage pour la conversation ou pour le jeu.

Comme dans tout l’appartement, un nouveau décor avait été réalisé pour elle, mais il disparut au XIXe siècle sur ordre de Louis-Philippe. Seule la grande console a été épargnée et replacée sous un miroir dont la bordure a été restituée ; elle supporte désormais un baromètre exécuté pour le futur Louis XVI qui, jusqu’à son avènement en 1774, occupa cet appartement. Sur la tenture « couleur de feu », évocation moderne de celle signalée par les inventaires, ont été accrochés des portraits de ministres et de membres de la famille royale du début du règne de Louis XV ainsi que de Louis XV lui-même, représenté en costume de sacre par Hyacinthe Rigaud (1715).

La chambre de la Dauphine

C’est dans cette chambre que la dauphine Marie-Josèphe de Saxe, fille du roi Auguste III de Pologne et épouse du fils de Louis XV, mit au monde trois futurs rois de France : Louis XVI, Louis XVIII et Charles X.

Rien ne subsiste du décor réalisé pour elle en 1747, à l’exception des dessus-de-porte peints par Jean Restout. Le lit d’origine a été remplacé par un beau lit « à la polonaise » (avec impériale en dôme soutenu par quatre piliers) dû à Nicolas Heurtaut. De part et d’autre sont représentées les belles-sœurs de la Dauphine, les filles de Louis XV, en particulier Madame Henriette en Flore et Madame Adélaïde en Diane par Jean-Marc Nattier. Des scènes religieuses y sont également exposées, comme Saint Joseph tenant l’enfant Jésus sur ses genoux (1749) par Louis de Silvestre et La Nativité (1728) de Noël-Nicolas Coypel.

Le cabinet intérieur de la Dauphine

Cette petite pièce et la suivante n’en formèrent longtemps qu’une seule, qui fut d’abord l’antichambre de Monsieur, puis de Monseigneur, avant de devenir en 1693 la chambre de ce dernier. Elle fut également la chambre du Régent, puis du Dauphin enfant, mais fut divisée en 1747 pour former un cabinet intérieur pour la Dauphine et un cabinet de retraite pour le Dauphin : les appartements du jeune couple communiquaient donc par leurs pièces les plus retirées, ce qui préservait, dans une certaine mesure, leur intimité conjugale.

Le charmant décor de boiseries au naturel en vernis Martin subsistait en partie ; il a été complété et l’on a pu également replacer les dessus-de-porte représentant les Quatre Saisons que Jean-Baptiste Oudry avait peints pour cette pièce en 1749. Antoine-Robert Gaudreaus est l’auteur de la commode et Bernard II Van Risen Burgh celui du secrétaire à pente : ces deux meubles admirables ont été exécutés en 1745 pour Marie-Thérèse Raphaëlle, infante d’Espagne et première Dauphine, et ont ensuite servi à la seconde, Marie-Josèphe de Saxe. A côté de la niche, qui abritait autrefois un sofa, des portes vitrées donnent accès aux arrière-cabinets.

En poursuivant votre navigation sur ce site sans modifier vos paramètres, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. En savoir plus. Fermer