Groupes Trianon, châteaux
à la campagne

Au-delà des jardins de Versailles, s’étendent les châteaux de Trianon et le Domaine de Marie-Antoinette. Munissez-vous du plan du Domaine et découvrez ce lieu bucolique, créé pour échapper aux contraintes de la Cour et dont l’atmosphère paisible contraste aujourd’hui encore avec le château principal et son jardin à la française.

Informations pratiques

Durée 
Prévoir un après-midi entier, les châteaux de Trianon et le Domaine de Marie-Antoinette sont ouverts de 12h à 17h30 ou 18h30.
Chacun des trois espaces (Grand Trianon, Petit Trianon et hameau de la Reine) peut se visiter indépendamment des autres.
Consulter les horaires détaillés

Saison conseillée
Toutes les saisons

Accès 
Depuis le château de Versailles, environ 30 minutes à pied ou 20 minutes en petit train ou en véhicule électrique.
Localiser les châteaux de Trianon et Domaine de Marie-Antoinette

Billets
Visite autonome (avec réservation et droit de parole)
Accès gratuit sur présentation de justificatif : –18 ans, –26 ans résident UE, situation de handicap, demandeur d’emploi…
Voir les conditions de gratuité

Trianon au fil des siècles

Avant de commencer votre parcours, munissez-vous du plan des châteaux de Trianon et Domaine de Marie‑Antoinette, téléchargeable ou distribué sur place. Notez que les toilettes se situent à l’extérieur du Grand Trianon, vous en retrouverez ensuite au Petit Trianon et au hameau de la Reine. Commencer la visite par le Grand Trianon permet de découvrir le domaine chronologiquement : le Grand Trianon de Louis XIV, construit par Jules Hardouin-Mansart en 1687 ;  le Petit Trianon de Louis XV pour Mme de Pompadour, construit par Gabriel dans les années 1760 ; Louis XVI offre ensuite le domaine du Petit Trianon à Marie-Antoinette en 1774, elle fait réaliser un jardin anglais et commande le hameau de la Reine en 1783.

Le Grand Trianon

Cet ensemble de bâtiments constitue la seconde résidence de Louis XIV et lui offre une vie moins contrainte au protocole de la Cour. Élevé par Jules Hardouin-Mansart en 1687, ce « petit palais de marbre rose et de porphyre avec des jardins délicieux » est inspiré de l’architecture italienne. Le mobilier présenté dans les salles date du Premier Empire et témoigne des nombreux séjours de Napoléon effectués au Grand Trianon, avec son épouse l’Impératrice Marie-Louise.


© EPV / Thomas Garnier

Votre visite débute par les appartements de l’Impératrice, composés entre autre du salon des glaces et de la chambre de l’Impératrice. Ces deux pièces ont conservé leur décor du XVIIe siècle mais l’aménagement date bien du Premier Empire. La chambre par exemple fut divisée pour former une chambre plus petite et un salon qui servit à Marie-Louise. Le seul meuble ne lui appartenant pas est le lit qui fut celui de Napoléon aux Tuileries et dans lequel mourut le roi Louis XVIII en 1824.

Entre les appartements de l’Impératrice et ceux de l’Empereur, prenez le temps d’apprécier le Péristyle, cette longue galerie ouverte sur chacun de ses côtés pour inscrire le palais dans la nature. Pour l’histoire, Napoléon le fit vitrer pour faciliter la communication entre les deux appartements. Les vitres furent supprimées en 1910.

Entrez à présent dans les appartements de l’Empereur. Lors de votre déambulation, nous vous invitons à vous attarder dans le salon de musique où vous remarquerez au-dessus des portes, les volets des tribunes où prenaient place les musiciens qui jouaient pendant les repas. Arrêtez-vous ensuite dans le salon des Malachites, nommé ainsi car il abrite des objets en malachite offerts par le tsar Alexandre Ier à Napoléon.

Vous terminerez votre visite par la galerie des Cotelle ornée de 24 tableaux dont la plupart sont du peintre Jean Cotelle et qui représentent les bosquets de Versailles et de Trianon à l’époque où ils furent commandés, en 1687. Dans les niches, au XIXe siècle, on y installa deux rafraîchissoirs en marbre. C’est dans cette galerie que fut signé le 4 juin 1920, le traité de paix avec la Hongrie qui mettait un point final à la Première Guerre mondiale. En 2016, l’établissement public a restauré les appartements du Général de Gaulle se trouvant dans l’Aile nord dite de « Trianon-sous-bois », espace de vie et de travail dévolu alors au Président de la République.

Profitez également du cadre extérieur qu’offre ce petit palais. Renommé pour ses jardins à la française, le Grand Trianon est entouré de plusieurs dizaines de milliers de plantes vivaces et tubéreuses enterrées en pots, afin de pouvoir être changées tous les jours (ce n’est plus le cas aujourd’hui, mais la possibilité demeure), et créer ainsi un spectacle fleuri et embaumé.

Poursuivez par une visite du Petit Trianon, vous pouvez le rejoindre par l’extérieur du domaine de Trianon ou par les jardins en empruntant le pont du Chemin Creux.

Le Petit Trianon, entre jardin français et jardin anglais

Le Petit Trianon et son parc sont indissociablement liés au souvenir de la reine Marie-Antoinette. Dans son domaine de Trianon, offert par Louis XVI en 1774, elle trouve le havre d’intimité qui lui permet d’échapper à l’étiquette.

Si vous arrivez par les jardins du Grand Trianon, visitez le jardin français avant de visiter le Petit Trianon en soi. Sinon, si vous arrivez par l’extérieur du domaine de Trianon, l’entrée se fait par la maison du Suisse. Il s’agissait du portier qui détenait les clefs du Petit Trianon mais aussi le pouvoir de le faire visiter en l’absence de la reine. Apres avoir passé le contrôle des bagages, nous vous conseillons, lors de votre visite du rez-de-chaussée de vous arrêter tout particulièrement dans le Réchauffoir qui servait à réchauffer les plats servis sur la table royale, les cuisines se trouvant dans les communs, à proximité du château, afin d’éviter les nuisances.


© EPV / Christian Milet

À l’étage, vous pourrez notamment découvrir la chambre à coucher et le cabinet des Glaces mouvantes. Ancien cabinet de Louis XV, Marie-Antoinette transforma la pièce et commanda au mécanicien Jean-Tobie Mercklein des glaces mouvantes montant du sol pour obturer les deux fenêtres et obtenir ainsi un boudoir.

Si ce n’est déjà fait, votre visite se poursuit dans les jardins français du Petit Trianon, orientez-vous à l’aide des numéros sur le plan des châteaux de Trianon et Domaine de Marie-Antoinette. Ces jardins sont caractérisés par le pavillon Français, le salon Frais et le théâtre de la Reine. Pour y accéder, nous vous invitons à prendre la deuxième allée sur votre gauche après l’arbre car la pente est plus facile. Le pavillon français est nommé ainsi car il se trouve au centre des jardins français du Petit Trianon. On y allait pour se reposer, et écouter de la musique. À côté vous trouverez un plus petit pavillon entouré d’un treillage vert, appelé le salon Frais. Ce lieu servait de salle à manger destinée à consommer les produits de la laiterie et des potagers. 

Pour vous rendre au hameau de la Reine, vous allez traverser le jardin anglais du Petit Trianon en suivant le parcours balisé rose. Tout en déambulant, rapprochez-vous du temple de l’Amour. L’édifice en marbre abrite une copie de L’Amour taillant son arc dans la massue d’Hercule de Bouchardon.

Le hameau de la Reine

Depuis le jardin anglais, rendez-vous enfin au hameau de la Reine. Il bénéficie actuellement d’une importante campagne de restauration jusqu’à la rentrée 2017 mais vous pouvez en avoir un bel aperçu global.

Le hameau fut réalisé dans l’esprit d’un véritable village normand, comprenant un ensemble de onze maisons réparties autour du Grand Lac dont la Maison de la Reine et la Laiterie de Propreté. Chaque maison à son petit jardin, planté de divers légumes, fleurs, arbres fruitiers, etc. L’ensemble comprenant la ferme devint une véritable exploitation agricole dirigée par un fermier. Les produits alimentaient les cuisines du Château. La Tour de Malborough qui domine le lac était utilisé pour le départ des promenades en barque ou des parties de pêche.

© EPV / Didier Saulnirt

Après avoir souffert de la Révolution, il fut envisagé sous Napoléon de le détruire mais il fut heureusement décidé de restaurer l’ensemble. Les maisons furent alors redécorées et remeublées pour l’usage de l’Impératrice Marie-Louise, seconde épouse de Napoléon. Aujourd’hui, la ferme abrite encore un cheptel varié.

Votre groupe mérite bien une pause goûter !

Plusieurs services de restauration vous sont proposés à proximité des châteaux de Trianon.

Les piques-niques sont autorisés dans le Parc dans la plaine Saint Antoine (en direction du Château depuis Trianon).

Prolongez la visite !

Conseils de visite

  • Découvrez le Parc en petit train, en véhicule électrique, en vélo, en barque ou encore en Segway® !
  • Dans les salles, les photographies sans flash sont autorisées, les perches à selfie sont interdites.
  • Certains objets (bagages volumineux, valises, sac-à-dos, parapluies, poussettes, porte-bébés avec armatures métalliques…) ne sont pas autorisés dans les salles et pourront être déposés aux consignes.
  • Avant le Château… Il y avait un moulin ! À cause du vent sur l’ensemble du Domaine, prenez de quoi vous couvrir, même en été.

Enrichissez vos découvertes…

Inscrivez votre groupe à une visite guidée, une visite prestige ou une visite privilège pour en apprendre davantage et même accéder à des lieux fermés au public en visite libre !

« Châteaux et jardins de Trianon » : téléchargez l’application, et si vous avez une âme de botaniste, téléchargez le livret « Le Voyage des plantes ».