En poursuivant votre navigation sur ce site sans modifier vos paramètres, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. En savoir plus. Fermer

Découvrir
Le Château
Collections
Le Jardin
Le Grand Trianon
Le Domaine de Marie-Antoinette
Pratique
Acheter son billet
Infos Pratiques
Plan Interactif
Calendrier des événements
Boutique

L'HistoireVersailles au cours des siècles

Louis Le Vau

Partager

Imprimer le chapitre

Premier Architecte du Roi (1612-1670)

Premier grand architecte du Versailles de Louis XIV, Le Vau est l’auteur des grands appartements du Roi et de la Reine ainsi que de la façade de pierre du Château côté jardin, dénommée « Enveloppe de Le Vau » ou « Enveloppe de 1668 ».

Versailles fut assurément la dernière réalisation majeure de ce grand architecte du milieu du XVIIe siècle. Suite au Grand Divertissement de 1668, Louis XIV confie à Le Vau, premier architecte du roi depuis 1654, l’extension du château de brique et pierre de son père Louis XIII. Du côté de la cour, il bâtit dans le même style les ailes symétriques des écuries et des communs mais choisit la pierre pour entourer le château primitif du côté des jardins. C’est la fameuse « Enveloppe ». A l’esthétique française des toits en ardoise côté cour, Le Vau privilégie l’esthétique italienne d’une couverture invisible derrière une balustrade ornée de trophées et de pots-à-feu. Esthétique reprise et étendue dans les ailes par son successeur Hardouin-Mansart.

A Versailles, Le Vau érige aussi la première Orangerie et la Ménagerie dans le parc. Il entame la réalisation de l’escalier des Ambassadeurs − fabuleux escalier d’honneur du grand appartement du roi − et les décors des appartements royaux. Tous seront achevés par François d’Orbay (1634-1697), principal collaborateur et bref successeur de Le Vau, avant l’arrivée d’Hardouin-Mansart en 1675.

Homme d’argent et de pouvoir, Le Vau se fit connaître par de nombreux hôtels à Paris pour de riches parlementaires (Lambert ; Tambonneau ; Hesselin) et des châteaux. Le plus fameux − et le plus cher − d’entre tous est celui de Vaux-le-Vicomte pour le financier Nicolas Fouquet. Petit Versailles avant l’heure, Fouquet avait rassemblé là  − outre Le Vau − Le Brun, Girardon et Le Nôtre. Jamais mécène privé n’avait aussi bien employé des artistes royaux.

Avant Versailles, Le Vau avait œuvré pour Louis XIV à Vincennes (pavillons du Roi et de la Reine), au Louvre et aux Tuileries. Face au Louvre, il érigea, suivant le souhait du cardinal Mazarin, le Collège des Quatre Nations (actuel Institut de France). Ici comme à Versailles, l’architecte recourut à une esthétique classique teintée de baroque dans ses décoration et conception italianisantes, caractéristiques de l’architecture du milieu du XVIIe siècle. Esthétique qu’il reprit à Versailles.