Une restauration devenait urgente, en raison de la vétusté des aménagements intérieurs et extérieurs de cet ensemble, qui ne pouvait pas, jusqu’à présent, être ouvert au public. Elle aura lieu jusqu'en 2018.

Le Hameau

Le Hameau de la Reine est construit pour Marie-Antoinette, entre 1783 et 1787, sur une idée du peintre Hubert Robert, puis réalisé et décoré par l’architecte Richard Mique. Il comprend à l’origine une douzaine de maisons à l’apparence extérieure pittoresque et champêtre en contraste avec un décor intérieur sophistiqué. Quatre maisons sont réservées à l’usage de la Reine et de ses invités : la Maison de la Reine, le Boudoir, le Moulin et la Laiterie de Propreté, les autres étant dévolues à l’occupation paysanne ou au service.

La restauration

Le programme de restauration engagé aujourd’hui porte à la fois sur un assainissement des ouvrages et une restauration complète des structures maçonnées, des charpentes et des couvertures. Les structures sont consolidées pour permettre des visites guidées ; les sols, menuiseries et peintures sont repris selon leurs dispositions précisées par les mémoires de travaux du XVIIIe siècle, ou selon l’aménagement effectué au début du XIXe siècle pour l’impératrice Marie-Louise, épouse de Napoléon Ier qui occupe alors les lieux.

La restauration des décors intérieurs et le remeublement des pièces principales de la Maison de la Reine représentent un des éléments majeurs de cette opération.

La restauration du Réchauffoir, réalisée en parallèle, abrite une grande cuisine et un ensemble de petites pièces de service (garde-manger, argenterie, dressoir, lavoir). Elle était utilisée pour la préparation des repas servis dans la salle à manger de la Maison de la Reine, attenante.

Les jardins

La recomposition des jardins et abords de ces fabriques parachèvera l’opération, en rétablissant les dispositions paysagères du Hameau de la fin du XVIIIe siècle.

La restauration du hameau est réalisée grâce au mécénat de Dior.