Pour sa douzième exposition d'art contemporain intitulée Versailles - Visible/Invisible, le château de Versailles invite cinq photographes internationaux au domaine de Trianon du 14 mai au 20 octobre 2019.

C’est dans le cadre intime de Trianon que se tiendra la douzième exposition d’art contemporain du château de Versailles. Versailles – Visible/Invisible nous entraîne comme dans l’antique «chambre noire» de cinq photographes : Dove Allouche, Nan Goldin, Martin Parr, Eric Poitevin et Viviane Sassen, qui dévoileront des œuvres spécialement créées et en résonance avec les lieux choisis. Chacun d'eux a porté un regard original et souvent inattendu sur les espaces les plus prestigieux des châteaux mais aussi sur d’autres plus secrets. Un nouveau Versailles se révèle à travers leurs travaux, entre création et patrimoine.

Télécharger le livret de visite

Dove Allouche

Dove Allouche, Evaporites 8, 2019, tirage argentiques lambda, 171,5 x 122,5 cm (encadré) 

Courtesy de l’artiste, château de Versailles, Peter Freeman Inc. (New York) & GB Agency (Paris) © Dove Allouche

Photographe, graveur et dessinateur parisien né en 1972, Dove Allouche se plait à révéler ce qui est à la fois immédiatement présent et invisible. Dans une approche similaire à celle d’un presbyte, il aspire à montrer ce qui est trop près de notre œil pour être vu, qui est juste à côté de nous mais à travers lequel nous regardons quelque chose d’autre. Son travail a fait l'objet de plusieurs expositions personnelles ; parmi les plus récentes : Negative Capability, The Contemporary Art Gallery, Vancouver ; Des caractères extérieurs, gb agency, Paris ; Le beau danger, Peter Freeman, New York. Auxquelles s'ajoutent des expositions collectives au Musée Wilhelm-Hack, Ludwigshafen ; au Centre Pompidou, Paris ; à la Fondazione Querini Stampalia, Venice ; et au Columbus Museum of Art, Columbus.

Parmi les différents matériaux qui ont permis de construire les bâtiments de Versailles, Dove Allouche s’est arrêté sur le gypse dont il a tiré des abstractions aux colorations surprenantes qui sont disposées dans la galerie des Cotelle du Grand Trianon.

Dove Allouche est représenté par les galeries Peter Freeman Inc. (New York) et gb agency (Paris).

Nan Goldin

Nan Goldin, Pandora, The garden of Petit Trianon, 2018/2019, 150 x 200cm.

Courtesy de l’artiste, château de Versailles & Marian Goodman © Nan Goldin

L’Américaine Nan Goldin partage sa vie entre New York, Paris et Berlin. C’est à l’âge de 15 ans qu’elle reçoit son premier appareil photo, elle est alors élève à la « hippie free school » à Boston et commence à prendre des polaroids d’elle-même et de ceux qui l’entourent. Diplômée de l’École du Musée des Beaux-Arts de Boston en 1977, elle s’installe à New York l’année suivante, où elle continue à documenter sa « famille élargie». Elle montre rapidement des diaporamas de ses photographies, accompagnés d’une bande-son dans les boîtes de nuit de la ville. Les images utilisées dans ces diaporamas ont ensuite été regroupées dans un premier livre intitulé The Ballad of Sexual Dependency (La ballade de la dépendance sexuelle).

Explorant le monde souterrain du système hydraulique des fontaines et retraçant l’assemblée des femmes de la mythologie omniprésente dans la sculpture des jardins, Nan Goldin crée au rez-de-chaussée du Petit Trianon avec Hala Wardé et HW architecture un cheminement empreint de la mémoire sonore de la Marche des femmes conçu par Soundwalk Collective.

Nan Goldin est représentée par la Galerie Marian Goodman (New York, Londres, Paris).

Martin Parr

Martin Parr, The Château of Versailles gardens, France, 2018, impression digitale, 72,2 x 111,76 cm.

Courtesy de l’artiste & château de Versailles © Martin Parr / Magnum Photos / kamel mennour / château de Versailles

Né en 1952, Martin Parr est l’un des meilleurs représentants de la photographie documentaire de sa génération ; comptant plus de cent livres de ses photographies publiés et trente qu’il a édités. Parallèlement, il a été commissaire de deux festivals, Les Rencontres d’Arles en 2004 et la Biennale de Brighton en 2010, ainsi que de l’exposition au Barbican, Strange and Familiar (Londres). Depuis 1994, Martin Parr est membre de l’agence Magnum dont il a assuré la présidence de 2013 à 2017. En 2013, il a été nommé professeur invité en photographie par l’université d’Ulster. Ses œuvres sont présentes dans les collections de nombreux musées de premier plan : la Tate, le Centre Pompidou et le Museum of Modern Art de New York. Le photographe a par ailleurs créé la Martin Parr Foundation en 2017.

Martin Parr, fidèle à sa démarche, trouve dans la foule cosmopolite des visiteurs de Versailles la source d’images tendres et ironiques, aux couleurs vives, qui occupent le Pavillon Frais ouvert pour la première fois au public (Jardin français du Petit Trianon).

Martin Parr est représenté par Kamel Mennour (Paris) et l’agence Magnum.

Eric Poitevin

Eric Poitevin, Sans titre, 2019, Tirage jet d’encre, 190 x 150 cm.

Courtesy de l’artiste, du château de Versailles & Baronian-Xippas (Bruxelles) © Eric Poitevin

Eric Poitevin, né en 1961, pensionnaire de la Villa Médicis de 1989 à 1990, vit et travaille à Mangiennes (Meuse). Qu’il s’attache aux visages d’anciens combattants de la Première Guerre mondiale (1985), aux chevreuils morts (1995), aux crânes et papillons (1994), aux sous-bois (1995), aux arrière-trains de chevaux (1999-2000), ou aux fragments de corps humains (2001), ses photographies résultent d’une prise de décisions progressives. Demandant parfois des mois d’attente pour que le sujet de la photographie parvienne à se constituer tel qu’il le souhaite, il construit alors avec minutie son image. Lumière, format papier et cadrage doivent répondre à la densité et à la fragilité de chaque sujet représenté.

Eric Poitevin a choisi l’Orangerie de Jussieu (Jardin du Petit Trianon) pour y déployer deux séries nouvelles ayant pour thème commun la nature : l’une tente de saisir l’image du soleil, hautement symbolique à Versailles, tandis que l’autre traite avec finesse les déploiements graphiques d’une plante : l’angélique.

Eric Poitevin est représenté par la galerie Baronian Xippas (Bruxelles).

Viviane Sassen

Viviane Sassen, Leïla (série « Venus and Mercury »), 2019, impression numérique sur toile, 325 x 250 cm.

Courtesy de l’artiste, château de Versailles & Stevenson Gallery (Le Cap, Johannesburg) © Viviane Sassen &
château de Versailles

Artiste néerlandaise vivant à Amsterdam, Viviane Sassen, 46 ans, a étudié le design de mode puis la photographie à l’école d’art d’Utrecht (HKU) et à l’Ateliers Arnhem. Ses photographies chahutent les perceptions habituelles : certaines sont soigneusement construites, d’autres présentent des scènes fortuites laissant le spectateur incapable de distinguer celles qui relèvent des fictions imaginaires de l’artiste ou de scènes de vie réelle. Le tout nourri d’une profonde conscience des préoccupations formelles de la peinture, de la sculpture et de la photographie, et d’un sens aigu de la couleur et de la résonnance optique des motifs et de la forme. Outre plusieurs expositions dédiées, son travail a également été présenté au sein de la principale exposition de la 55ème Biennale de Venise, The Encyclopedic Palace, en 2013.

Viviane Sassen distribue ses images envahies de tâches colorées dans les salons du Grand Trianon. Elle construit une narration témoignant de son exploration intense de la statuaire, de l’histoire du château et de ses occupants, en y faisant entrer des adolescentes d’aujourd’hui.

Viviane Sassen est représentée par la galerie Stevenson (Cape Town).

Télécharger le livret de visite     Localiser les œuvres 

Visite de l'exposition "Versailles. Visible / Invisible"

Versailles invite cinq photographes internationaux au domaine de Trianon. Un nouveau Versailles se révèle à travers leurs travaux, entre création et patrimoine.

10 € Réserver

Trianon, le grand bleu
par Tadzio

Découvrir le portfolio

L'art contemporain à Versailles

Depuis 2008, le château de Versailles organise une exposition d’art contemporain consacrée à des artistes français ou étrangers. Jeff Koons en 2008, Xavier Veilhan en 2009, Takashi Murakami en 2010, Bernar Venet en 2011, Joana Vasconcelos en 2012, Giuseppe Penone en 2013, Lee Ufan en 2014, Anish Kapoor en 2015, Olafur Eliasson en 2016, l’exposition collective Voyage d’Hiver en 2017 et Hiroshi Sugimoto en 2018… Autant d’artistes ayant établi un dialogue original entre leurs œuvres, le château et les jardins du domaine.

commissariat

Jean de Loisy, directeur de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris

Alfred Pacquement, commissaire pour l’art contemporain à Versailles.

Architecte-scénographe : Hala Wardé & son studio HW architecture.

Mécénat

Cette exposition est organisée grâce au mécénat de :

Visuel principal : 

Vue de l’exposition « Versailles – Visible / Invisible », château de Versailles, 2019
Courtesy de l’artiste Dove Allouche
©Tadzio

Mécénat

Être mécène de Versailles, c’est s’inscrire dans cette chaîne qui relie l’histoire d’hier, d’aujourd’hui et de demain, transmettre aux générations futures la mémoire vivante de l’histoire qui nous a construits entretenir le savoir-faire de métiers d’art rares.

Plus d'informations

Vous venez régulièrement ?

Profitez d’un accès coupe-file au Château et accédez gratuitement et en illimité à tous les espaces du Domaine en souscrivant à la carte "1 an à Versailles".

Offres d'abonnement