Donné à l’occasion du mariage du Dauphin, fils de Louis XV, avec l’infante Marie-Thérèse d’Espagne, fille de Philippe V, ce célèbre bal costumé marque le début des amours de Louis XV avec la future marquise de Pompadour. Les deux amants ne se quitteront plus.

Un somptueux bal masqué a été organisé dans la galerie des Glaces pour le mariage du dauphin Louis avec Marie-Thérèse d’Espagne. Mais l’intérêt de ce bal est ailleurs. Toute la Cour bruisse des sentiments du roi pour une inconnue : la jeune et jolie Jeanne-Antoinette Poisson, épouse de M. Le Normant d’Étiolles. Louis XV l’a croisée au cours d’une partie de chasse en forêt de Sénart. La date de leur première rencontre demeure inconnue.

Ce bal est l’occasion de se mettre sur les rangs : depuis la mort de Mme de Châteauroux, dernière maîtresse en titre de Louis XV, en décembre 1744, toutes les femmes de la Cour aspirent à sa succession. En cette période de carnaval, le roi a décidé d’organiser un bal masqué où il pourra se mêler incognito à la foule.

Les festivités commencent à 23h30. Elles ne s’achèveront pas avant 8h30. Des centaines de carrosses affluent vers le Château illuminé. Les convives, masqués et sans invitation, se rassemblent dans le salon d’Hercule. 15 000 personnes attendent impatiemment l’ouverture officielle du bal, signifiée par celle des portes du Grand Appartement du Roi. Pendant ce temps, de splendides buffets de poissons – carême oblige – gâteaux, pyramides de fruits et de confiseries, vins et liqueurs leur sont offerts.

À l’ouverture des portes, seuls apparaissent la reine, en grand habit de Cour, le dauphin et la dauphine, costumés en berger et bergère.

ANECDOTE

Plus tard, huit ifs se manifestent. Les femmes accourent autour de ces mystérieuses apparitions. Lequel d’entre eux est le roi ?

Certaines défaillent lorsque l’un d’eux s’incline : c’est probablement lui ! Un if s’éloigne soudainement pour se rapprocher d’une jolie bergère. Ce ne peut être que le souverain avec Mme d’Étiolles. L’hypothèse se confirme aux trois bals suivants où il convie la jeune femme. Les rencontres se multiplient. Le 14 septembre 1745, Mme d’Étiolles est présentée officiellement à la Cour sous le nom de marquise de Pompadour. Elle sera la maîtresse en titre du roi jusqu’à sa mort en 1764. Une autre la remplacera en 1768 : Mme Du Barry.