Le 20 octobre aura lieu une journée d'étude organisée par le Centre de recherche du château de Versailles et l'Institut universitaire de France. 

En 1906, Proust fit à Versailles, logeant à l'Hôtel des Réservoirs, un séjour reclus avec quelques sorties qui entre dans la genèse d'A la Recherche du Temps Perdu. Mais durant toute sa vie, il fut relié au domaine de Versailles par tout un réseau de société de la Belle Epoque. C'est pourquoi cette journée, placée sous l'égide du Centre de recherche du château de Versailles, abordera ces multiples liens dans toutes leurs dimensions : la restitution d'une société littéraire et artistique, les sources de Proust, les fonds d'archives, et la présence filigranée - au total assez insistante - de Versailles dans un cycle romanesque qui s'est lui-même imposé comme un monument au sein du patrimoine français. 

Marcel Proust, Les plaisirs et les jours

"Versailles, grand nom rouillé et doux, royal cimetière de feuillages, de vastes eaux et de marbres, lieu véritablement aristocratique et démoralisant, où ne nous trouble même pas le remords que la vie de tant d'ouvriers n'y ait servi qu'à affiner et qu'à élargir moins les joies d'un autre temps que les mélancolies du nôtre.

Je ne voudrais pas vous prononcer après tant d'autres, et pourtant que de fois, à la coupe rougie de vos bassins de marbre rose, j'ai été boire jusqu'à la lie et jusqu'à délirer l'enivrante et amère douceur de ces jours d'automne. La terre mêlée de feuilles fanées et de feuilles pourries semblait au loin une jaune et violette mosaïque ternie.

En passant près du Hameau, en relevant le col de mon paletot contre le vent, j'entendis roucouler des colombes. Partout l'odeur du buis, comme au dimanche des Rameaux, enivrait. Comment ai-je pu cueillir encore un mince bouquet de printemps, dans ces jardins saccagés par l'automne ? Sur l'eau, le vent froissait les pétales d'une rose grelottante. Dans ce grand effeuillement de Trianon, seule la voûte légère d'un petit point de géranium blanc soulevait au-dessus de l'eau glacée ses fleurs à peine inclinées par le vent. […]Ô vieillesse argentée des bois encore verts, ô branches éplorées, étangs et pièces d'eau qu'un geste pieux à posés ça et là, comme des urnes offertes à la mélancolie des arbres !"

 

Programme

Matin

Président de séance : Jean-Yves Tadié, uniservité Paris-Sorbonne

9h30 - Accueil 

9h50 - Présentation - Luc Fraisse, université de Strasbourg, Institut universitaire de France

10h - Versailles vu par Proust et au temps de Proust - Karine McGrath et Lionel Arsac, château de Versailles

11h - Pause

11h30 - Versailles de Saint-Simon, Versailles de Proust : un dialogue intime

Marc Hersant, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

12h - Proust et la société de Versailles d'après le fonds Pierre de Nolhac - Luc Fraisse, université de Strasbourg, Institut universitaire de France

 

Après-midi

Président de séance : Luc Fraisse, université de Strasbourg, Institut universitaire de France

14h30 - Le Versailles d'Henri Régnier - Franck Javourez, Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales

15h - Le Versailles de Robert de Montesquiou Thanh-Van Ton-That, Université Paris Est

15h30 - Versailles dans les manuscrits de Proust - Pyra Wise, Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM)

16h - Pause

16h30 - Louis XIV et le sentiment monarchique dans la Recherche - Stéphane Chaudier, université Lille 3 Charles-de-Gaulle

17h - La symbolique de Versailles dans l'oeuvre de Proust - Jean-Yves Tadié, université Paris-Sorbonne

 

Informations pratiques

Le vendredi 20 octobre 2017

Château de Versailles, Auditorium, entrée A

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Inscription obligatoire

Inscription en ligne 

Par email : colloques@chateauversailles.fr

Par téléphone : +33 (0) 1 30 83 75 12