Découvrir
Le Château
Collections
Le Jardin
Le Grand Trianon
Le Domaine de Marie-Antoinette
Pratique
Infos Pratiques
Acheter son billet
Plan Interactif
Calendrier des événements
Boutique

L'HistoirePersonnages de la Cour

Jacques Necker

Partager

Imprimer le chapitre

Grand financier de Louis XVI (1732-1804)

Suisse doté d’une formation de banquier lui ayant permis de se constituer une solide fortune personnelle, Jacques Necker est célèbre pour sa carrière de ministre des Finances. Il mène une politique économique de rigueur, de réduction des dépenses et de réforme des structures de l’administration financière. Tour à tour renvoyé puis rappelé par le roi, Necker quitte définitivement le pouvoir en 1790.

Après la disgrâce de Turgot en 1776, Louis XVI choisit de nommer Necker directeur du Trésor royal. Il est alors reconnu pour le prix d’éloquence qu’il a remporté à l’Académie française avec son Eloge de Colbert. Necker multiplie les mesures destinées à alléger les dépenses de l’Etat. Mais vantant sa politique dans un compte rendu au Roi, fait public et décrié, il démissionne en 1781 et se retire dans son château de Saint-Ouen.

Il est rappelé par Louis XVI en 1788 à la direction générale des Finances, nommé ministre et membre du Conseil du Roi. Sans abandonner les finances, son action se fait nettement plus politique. Il rappelle le Parlement de Paris dont les membres avaient été exilés et avance la date de convocation des Etats Généraux. Devant affronter la grave crise frumentaire qui touche la France, il met en place des mesures protectionnistes : l’exportation des céréales est prohibée et l’achat des grains hors des marchés interdit. Mais, indécis sur les moyens de trouver une solution à la crise des Etats Généraux et contrarié dans ses projets, il refuse d’assister à la séance royale du 23 juin 1789. Il est alors congédié par Louis XVI.

Appelé au pouvoir pour la troisième fois par le Roi en juillet 1789, Necker déplaît par ses choix politiques. Il préfère démissionner en septembre 1790 et choisit de se retirer dans son pays natal ou il se consacre à l’écriture et à sa famille. Il meurt en 1804.

En poursuivant votre navigation sur ce site sans modifier vos paramètres, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. En savoir plus. Fermer