Les échanges entre la France et la Chine aux XVIIe et XVIIIe siècles Exposition La Cité interdite et le château de Versailles

Du 1er avril au 30 juin 2024, la Cité Interdite et le château de Versailles présentent une exposition au Musée du Palais (Pékin), consacrée aux échanges entre la France et la Chine aux XVIIe et XVIIIe siècles.

À l’occasion du soixantième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine par le général de Gaulle, le 27 janvier 1964, et dans le cadre de l’Année franco-chinoise du tourisme culturel, le château de Versailles et le Musée du Palais de la Cité Interdite présentent une exposition consacrée aux échanges entre la France et la Chine aux XVIIe et XVIIIe siècles. Du 1er avril au 30 juin 2024, celle-ci expose près de 150 œuvres provenant principalement des collections des deux musées et porte un nouveau regard sur une histoire méconnue mêlant sciences, diplomatie, échanges commerciaux, goût d’une époque, savoir-faire et création artistique.

L’exposition

L’exposition illustre la politique diplomatique amorcée par Louis XIV en direction de son contemporain, l’empereur Kangxi, marquée en particulier par l’envoi en Chine, en 1688, de pères jésuites français ayant gagné la cour de Pékin en tant que mathématiciens du Roi. Des relations de confiance et d’estime réciproques, souvent méconnues, se sont ainsi nouées et ont duré jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. De quoi contribuer à la naissance en France de la sinologie moderne.

Portrait de l’empereur Kangxi en robe de cour

Pékin, Musée du Palais

© D-R

Avant même l’envoi des jésuites en Chine par Louis XIV, la réception fastueuse donnée par le Roi en 1686 à l’occasion de l’arrivée des ambassadeurs du roi de Siam, marqua le début du vif intérêt que la cour porta à l’Extrême-Orient. Les cadeaux diplomatiques apportés à cette occasion, parmi lesquels figuraient beaucoup d’objets chinois contribuent à développer le goût de la cour et de la famille royale pour les productions artistiques de l’Empire du Milieu.

Parmi les cadeaux offerts à Louis XIV par les ambassadeurs du Siam, l’orfèvrerie tient une place importante : une cinquantaine de pièces de métaux différents (or, tambacq, argent…) et de provenances géographiques variées (Siam, Chine, Japon…) figuraient dans les présents de Phra Naraï et une trentaine dans ceux de son ministre, Constance Phaulkon.

Cette verseuse est l’un de ces objets offert à Louis XIV en 1686. Miraculeusement préservée, elle constitue à ce jour le seul présent d’orfèvrerie des ambassadeurs du Siam connu. Cette oeuvre a été acquise en 2018 et classée Trésor national.

Un goût qui se diffuse

À la cour de France, l’attrait pour la Chine et l’art chinois se manifestait de diverses manières à travers quatre phénomènes principaux : l’importation d’objets d’art chinois ; la transformation de certaines œuvres d’importation, notamment par l’adjonction de montures en bronze doré sur les porcelaines ou l’utilisation des panneaux de laque sur des pièces de mobilier français ; l’imitation des produits de la Chine avec, par exemple, la recherche frénétique du secret de fabrication de la porcelaine dure kaolinique ; et l’influence très vive de l’art chinois sur l’art français, en particulier dans le domaine des arts décoratifs.

L’exposition illustre ainsi l’inépuisable source d’inspiration qu'a constitué l’art chinois pour les artistes et les intellectuels français, que ce soit dans le domaine de la peinture, des objets d’art, du décor intérieur, de l’architecture, de l’art des jardins, de la littérature, de la musique ou des sciences. Les œuvres rassemblées à Pékin témoignent aussi, plus largement, de la véritable fascination éprouvée par la cour de Versailles mais aussi par les grands amateurs français pour toutes les productions chinoises. L’exposition révèle aussi le véritable intérêt des empereurs chinois des XVIIe et XVIIIe siècles pour les connaissances scientifiques et les savoirs-faire français.

La relation entre la France et la Chine perdure jusqu’à la fin du règne de Louis XIV et, malgré les aléas de l’histoire, cette politique fructueuse est poursuivie par ses successeurs : Louis XV et Louis XVI. La mission jésuite est encore très vivante et demeure en correspondance active avec les milieux politiques et intellectuels français.

Ces liens politiques et intellectuels qui se sont tissés au XVIIe siècle entre la France et la Chine ont suscité un véritable âge d’or des relations diplomatiques franco-chinoises jusqu’à la Révolution française.

Une collaboration inédite, un propos enrichi

Vue de vitrines de l'exposition La Chine à Versailles, art et diplomatie au XVIIIe siècle, présentée au Grand Trianon en 2014.

© EPV/Didier Saulnier

En 2014, à l’occasion du cinquantenaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine, une première exposition avait été présentée au château de Versailles. L’exposition de 2024 à la Cité Interdite est une version enrichie, permettant de présenter certaines des acquisitions prestigieuses réalisées par le château Versailles ces dix dernières années. La singularité de cette nouvelle exposition réside également dans la mise en regard des œuvres des collections chinoises et françaises. Ce dialogue permet de rendre compte de l’intérêt réciproque des deux cultures. La collaboration scientifique entre les équipes de Versailles et du Musée du Palais a de plus permis la redécouverte d’objets inédits et l’amélioration de la connaissance réciproque de cette histoire ancienne.

Théière à anse avec motif de chrysanthème en émail
Datant de l’année 1783, France
Pékin, Musée du Palais

© D-R


Quelques œuvres 

1761 — Marie Leszcynska

Des Marchands faisant des ballots, un jésuite et un mandarin conversant ensemble
Plus d'infos

1775-1776 — Manufacture royale de porcelaine de Sèvres

Trois vases «oeuf » à décor chinois
Plus d'infos

1736-1743 — Anonyme Chine Epoque Qianlong

Fontaine à parfum
Plus d'infos

1761 — Marie Leszcynska

La Foire de la ville de Nankin

1776 — Manufacture de Sèvres

L'empereur de Chine Qianlong
Plus d'infos

Verseuse, cadeau de l’ambassade de Siam
Plus d'infos

Vers 1672 — Jean Garnier

Portrait de Louis XIV parmi les attributs des arts et des sciences
Plus d'infos

Commissariat

Marie-Laure de Rochebrune, conservateur général du patrimoine au château de Versailles assistée de Vincent Bastien, Docteur en histoire de l’art.

Guo Fuxiang, conservateur au Musée du Palais.

Exposition réalisée en partenariat avec le Musée du Palais.

Une tournée exceptionnelle

Pour la première fois, l’Orchestre de l’Opéra Royal du château de Versailles partira en tournée en Chine et offrira une série de concerts à Pékin et plusieurs villes du pays.

Imaginée en résonnance avec l’exposition conjointe entre le château de Versailles et la Cité Interdite (Musée du Palais), Stefan Plewniak, à la tête de l’Orchestre de l’Opéra Royal, mènera cette tournée exceptionnelle avec un programme composé d’airs virtuoses pour castrats et des fameuses Quatre Saisons de Vivaldi. Cette série de concerts fabuleux fera rayonner le savoir-faire des musiciens de l’orchestre versaillais tout en rendant hommage aux chefs-d’œuvre de la musique baroque occidentale.

Spectacles

Saison de l’opéra royal

Retrouvez tous les événements 2023-2024

Partenaires

Informations pratiques 

Exposition du 1er avril au 30 juin 2024 au musée de la Cité Interdite

  • Adresse : 4 Jingshan Front St, Dongcheng, Beijing, Chine, 100009
  • Horaires : 8h30 - 17h (du mardi au dimanche)
  • Contact : +86 400 950 1925 / https://www.dpm.org.cn/Home.html