En octobre 2022, le château de Versailles consacre, pour la première fois, une grande exposition au roi Louis XV à l’occasion du tricentenaire du retour de la Cour à Versailles. Près de 400 œuvres provenant de collections du monde entier, pour beaucoup inédites ou jamais présentées en France, apportent une lumière nouvelle sur le personnage et permettent au public de saisir toute la complexité de l’homme derrière le monarque : son enfance, son entourage, sa famille et ses multiples passions. L’exposition révèle également son attachement aux arts et son implication dans l’avènement du style rocaille au XVIIIe siècle.

L'exposition

Né en 1710 à Versailles, Louis XV est le fils du duc de Bourgogne et de Marie-Adélaïde de Savoie, et l’arrière-petit-fils de Louis XIV. Dauphin à la mort de son père en 1712, il devient roi à cinq ans, en 1715, à la mort du Roi-Soleil. En 1722, peu après la réinstallation du gouvernement et de la cour à Versailles, le jeune roi est sacré à Reims. Cette cérémonie ouvre un long règne de plus de cinquante ans qui vit l’affirmation du modèle culturel et artistique français en Europe, mais également l’émergence de la philosophie des Lumières. 

Cette exposition événement s’attache à mieux faire connaître le roi Louis XV dont le règne et la personnalité demeurent encore méconnus : qui est Louis XV, quel était son caractère ? Où le portaient ses passions ? Quels étaient les arts de son temps, son goût personnel et dans quel univers évoluait-il au quotidien ? 

La première partie, l’homme privé, revient sur l’enfance du Roi, son éducation, son entourage et sa famille. Elle permet de mieux comprendre comment s’est forgée la personnalité du monarque surnommé le « Bien-aimé ». De nature timide et mélancolique, Louis XV préfère l’intimité des appartements privés à la vie publique et s’entoure d’un cercle restreint de femmes et d’hommes auxquels il voue toute sa confiance. Homme profondément croyant, il a paradoxalement maintenu tout au long de sa vie des relations avec des favorites qui ont, pour certaines, – Madame de Pompadour notamment, – exercé une influence majeure sur le Roi.

La deuxième partie dédiée aux passions du roi permet d’évoquer ses passions personnelles au premier rang desquelles, les sciences, les livres, la botanique, la chasse mais aussi le goût pour les bâtiments. Il finance de grandes expéditions maritimes, fait de Trianon un jardin d’expérimentations botaniques, commande des objets scientifiques à la pointe de la technologie et ordonne aux géographes et aux astronomes de cartographier le pays. 

Enfin, la dernière section intitulée Louis XV et les arts de son temps, met en valeur le style indissociable de son règne tout en montrant dans quel univers il pouvait évoluer au quotidien. Les visiteurs sont invités  à découvrir d’authentiques chefs-d’œuvres de l’art rocaille et à comprendre les fondements de ce style aux multiples facettes qui, libéré de toute symétrie et règle formelle, a bouleversé la création artistique du XVIIIe siècle. L’exposition dévoile également les œuvres insignes qui entouraient le Roi et ses proches dans leur vie quotidienne.

À l’occasion de cette exposition, l’appartement de Madame Du Barry, témoignage précieux du Versailles intime de Louis XV, rouvre au public, après une restauration de dix-huit mois. Les visiteurs peuvent également découvrir les traces de Louis XV dans de multiples espaces du Château. 

 

Commissariat de l’exposition

Yves Carlier, Conservateur général du patrimoine, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
Hélène Delalex, Conservateur du patrimoine, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon

Scénographie
Martin Michel
 

Grâce au mécénat de : 

 

Dossier de presse

pdf

22.57 Mo

Visuels

Affiche de l'exposition

Louis XV, passions d'un roi

Télécharger ce visuel
Vue de l'exposition

© château de Versailles / T. Garnier

Télécharger ce visuel
Vue de l'exposition : pendule de Passemant

© château de Versailles / T. Garnier

Télécharger ce visuel
Vue de l'exposition : Louis XV et les sciences

© château de Versailles / T. Garnier

Télécharger ce visuel
Vue de l'exposition : spectaculaire rocaille

© château de Versailles / T. Garnier

Télécharger ce visuel
Vue de l'exposition : l'amour en trois chefs-d'œuvre

© château de Versailles / T. Garnier

Télécharger ce visuel
Pendule astronomique, Claude-Siméon Passemant, Louis Dauthiau, Jacques et Philippe II Caffiéri, 1729-1754, Château de Versailles

© Château de Versailles, Dist. RMN C. Fouin

Télécharger ce visuel
Commode Louis XV, Caffieri Jacques (1678-1755), Gaudreaus Robert-Antoine (vers 1682-1746), 1739, Royaume-Uni, Londres, Wallace Collection

© Wallace Collection, London, UK / Bridgeman Images

Télécharger ce visuel
Madame de Ventadour avec le roi Louis XIV et ses héritiers, attribué à Nicolas de Largillière (1656-1746) et atelier, vers 1715, huile sur toile, Londres, avec l'aimable autorisation des Trustees de la Wallace Collection

© château de Versailles / Christophe Fouin

Télécharger ce visuel
Lustre à neuf bras de lumière, aux armes de Mme de Pompadour Jacques Caffieri (1678-1755) et/ou Philippe Caffieri (1714-1774), Paris, vers 1750-1755, Paris, bibliothèque Mazarine

© Christophe Fouin

Télécharger ce visuel
Louis XV enfant, à l’âge de cinq ans, Antoine Coysevox (1640-1720), 1716, New York, The Frick Collection

© The Frick Collection

Télécharger ce visuel
Couronne de Louis XV Augustin Duflos (vers 1700-1771) et Claude-Laurent Rondé (?-1723), 1722, Paris, musée du Louvre, département des Objets d’art

© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Martine Beck-Coppola

Télécharger ce visuel
Madame de Pompadour à son métier à broder François-Hubert Drouais (1727-1775), 1763-1764, Londres, The National Gallery

© The National Gallery, London

Télécharger ce visuel
Portrait de madame Du Barry François-Hubert Drouais (1727-1775), 1774, Versailles, chambre de commerce et d’industrie des Yvelines

© CCI PIDF / Côme Sittler

Télécharger ce visuel
Garniture de vases représentant les Quatre Éléments (EAU), Manufacture de Meissen, Johann Joachim Kändler (1706-1775) et Johann Friedrich Eberlein (1695-1749) 1742, Allemagne, Dresde, Staatliche Kunstsammlungen, Porzellansammlung

© Porzellansammlung, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, photo Adrian Sauer

Télécharger ce visuel
Commode de Madame du Barry, attribuée à Martin Carlin (vers 1730 - 1785), livrée par Poirier, 1772, Paris, musée du Louvre, département des Objets d’art

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Daniel Arnaudet

Télécharger ce visuel
Portrait de Louis XV, Armand Vincent de Montpetit, (1713-1800), 1774, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon Département des Peintures

© RMN-GP (Château de Versailles) © Jean Popovitch

Télécharger ce visuel
Microscope tripode Claude-Siméon Passemant ingénieur ; attribué à Jacques et Philippe Caffieri, sculpteurs et bronziers ; exécuté sous la direction de Michel-Ferdinand d’Albert d’Ailly, duc de Chaulnes, Paris, vers 1750

© Château de Versailles, Dist. RMN © Christophe Fouin

Télécharger ce visuel
Madame de Pompadour en Amitié, Jean-Baptiste Pigalle, 1753, Paris, musée du Louvre

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

Télécharger ce visuel
L'Amour essayant une de ses flèches, Saly Jacques François Joseph (1717-1776), L'Amour essayant une de ses flèches,1753, Paris, musée du Louvre

© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Hervé Lewandowski

Télécharger ce visuel
La chasse à l'éléphant, Parrocel Charles (1688-1752), 1736, Amiens, musée de Picardie

© RMN-Grand Palais / Hervé Lewandowski

Télécharger ce visuel
La chasse de l'autruche, Vanloo Catie (dit), Vanloo Charles André (1705-1765), 1738, Amiens, musée de Picardie

© RMN-Grand Palais / Hervé Lewandowski

Télécharger ce visuel
La chasse du lion, Troy Jean-François de (1679- 1752), 1735, Amiens, musée de Picardie

© RMN-Grand Palais / Hervé Lewandowski

Télécharger ce visuel
Globe mouvant céleste du cabinet de Physique et d’Optique du Roi au château de la Muette, Claude-Siméon Passemant (1702-1769), ingénieur ; Joseph-Léonard Roque (maître en 1770), horloger ; Philippe Caffieri (1714-1774), bronzier ; Guillaume de La Haye (?-?), graveur, et Gobin (?-?), dessinateur, 175

© Bibliothèque de l’Observatoire de Paris

Télécharger ce visuel
Globe mouvant terrestre du cabinet de Physique et d’Optique du Roi au château de la Muette, Claude-Siméon Passemant (1702-1769), ingénieur ; Joseph-Léonard Roque (maître en 1770), horloger ; Philippe Caffieri (1714-1774), bronzier ; Guillaume de La Haye (?-?), graveur, et Gobin (?-?), dessinateur, 1

© Bibliothèque de l’Observatoire de Paris

Télécharger ce visuel
Ananas en pot, Jean-Baptiste Oudry, 1733, Versailles, Château de Versailles

© Château de Versailles, Dist. RMN C. Fouin

Télécharger ce visuel
Cheval écorché, debout, la tête vue de face, Bouchardon Edme (1698-1762), vers 1748/1752, Paris, musée du Louvre, D.A.G

© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Laurent Chastel

Télécharger ce visuel
Main droite de la statue équestre de Louis XV, Edme Bouchardon (1698-1762), 1758, Paris, musée Carnavalet – Histoire de Paris, dépôt du musée du Louvre

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / image RMN-GP

Télécharger ce visuel
Armorial des principales maisons et familles du royaume, particulièrement de celles de Paris et de l’Isle de France Pierre-Paul Dubuisson (16.. ?-1762), à Paris, aux dépens de l’auteur, 1757

© Château de Versailles, Dist. RMN © Christophe Fouin

Télécharger ce visuel
Marie-Adélaïde de France, dite Madame Adélaïde, fille de Louis XV et de Marie Leszczyńska Jean-Marc Nattier (1685-1766), vers 1750, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon

© RMN-GP (Château de Versailles) © Gérard Blot

Télécharger ce visuel
Claude Aubriet, Aloe Africana, caulescens, glauco folio caulem amplectente dorso spinoso, Commel. Prael. Bot. Aloe perfoliata Linné Cap., 1707-1742, portefeuille 8, folio 45

© MNHN, cliché Tony Querrec (RMN)

Télécharger ce visuel
Madeleine Basseporte (1701-1780), Aloe rubescens (De Candolle) Inde, 1742-1780, portefeuille 8, folio 33

© MNHN, cliché Tony Querrec (RMN)

Télécharger ce visuel
Affaire Damiens : Gant de peau issu des pièces de procédures, 1757, Paris, Archives nationales

© Archives nationales

Télécharger ce visuel
< >
Contact presse
+33 (0)1 30 83 75 21