Le château de Versailles a récemment mis au jour, dans ses réserves, un Portrait du duc d’Aumale peint par Winterhalter en 1843. Les célébrations du bicentenaire de la naissance de ce prince (1822-2022) ont amené Versailles à proposer le dépôt à Chantilly de cette œuvre inédite.
De même, le musée national du château de Compiègne, qui n’exposait plus le Portrait de la duchesse d’Aumale également peint par Winterhalter en 1844, a accepté de renoncer au dépôt consenti, il y a de nombreuses années, par le château de Versailles, en faveur du musée Condé.
Grâce à la générosité exceptionnelle des Amis du Musée Condé qui financeront la restauration de ces deux œuvres dans les ateliers du C2RMF à Versailles puis à Chantilly, en présence du public, le couple princier sera réuni et présenté aux visiteurs du château de Chantilly dès cet été.

Les portraits des Orléans au château de Versailles 

Au XIXe siècle, sous la Monarchie de Juillet, Louis-Philippe transforme le château de Versailles en musée dédié « à toutes les gloires de la France ». Il décide donc de créer, dans le château, des Galeries historiques où sont présentés les événements majeurs et les grandes figures qui ont fait la gloire du pays. 

Le château de Versailles, depuis lors, conserve ainsi une quarantaine de portraits de la famille royale par le peintre d’origine allemande Frans Xaver Winterhalter et son atelier. Des portraits en pied et « en grand buste » (à mi-corps) sont présentés, les premiers à l’attique du nord, dans une salle entièrement consacrée aux portraits de la famille royale, les seconds dans l’appartement du roi Louis-Philippe au Grand Trianon, restauré en 2019.

Frans Xaver Winterhalter et ses modèles 

Frans Xaver Winterhalter a été d’abord le portraitiste des princes de Bade, avant de tenter sa chance à Paris, alors capitale artistique de l’Europe. Ayant rencontré la nouvelle famille royale, il en devint le portraitiste préféré, renouvelant le genre du portrait officiel avec un naturel et un style plus moderne, qui lui valurent très vite un grand succès.

En 1843, Winterhalter reçut la commande du premier portrait « officiel » du duc d’Aumale, Henri d’Orléans (1822-1897), avant-dernier fils des souverains, qui commençait une brillante carrière militaire. Il est représenté par Winterhalter dans son uniforme de lieutenant-général, portant les insignes de grand-croix de la Légion d’honneur. L’année suivante, le 25 novembre 1844, le jeune duc d’Aumale épousait à Naples sa cousine germaine, Marie-Caroline-Augusta de Bourbon-Siciles, princesse de Salerne (1822-1869). Le portrait de la jeune mariée était commandé à Winterhalter, au printemps, en avril 1845, pour faire pendant à celui de son époux. Chaque portrait fut répété par l’atelier de l’artiste dans les années qui suivirent notamment en 1846 pour les Galeries historiques de Versailles (les exemplaires présentés aujourd’hui au château).

Les deux portraits originaux sont arrivés à Versailles probablement après la chute de la monarchie de Juillet, en février 1848, et y sont toujours restés en magasin, où ils sont déjà mentionnés dans l’inventaire de 1850

La redécouverte 

La redécouverte de ces portraits est liée notamment aux opérations de récolement décennal menées à Versailles par la conservation du musée depuis 2009. Le récolement décennal, obligation réglementaire depuis la loi Musées de 2002, a pour objectif de vérifier la situation des collections des musées français.

Dans le cas de ces deux portraits, la confrontation des inventaires des musées numérisés a permis d’établir l’historique de chacun des tableaux à partir de ces différents numéros, et de comprendre qu’il s’agit des deux originaux commandés à Winterhalter en 1843 et 1845.

Les deux œuvres vont être restaurées pour partie dans les ateliers de restauration du C2RMF situés à la Petite Écurie du château de Versailles, et pour partie au musée Condé, en présence du public. L’intégralité de ces restaurations seront prises en charge financièrement par les Amis du musée Condé.

Les restaurations à venir 

Le nombre important de déchirures qui affectent le Portrait du duc d’Aumale par Winterhalter explique qu’il ait pu, pendant longtemps, être estimé « ruiné ». Néanmoins, et malgré des altérations au premier abord assez impressionnantes, ce tableau est loin d’être dans un état de dégradation irrémédiable.

Les techniques actuelles de conservation-restauration vont donc permettre de rendre à l’œuvre son unité afin de l’exposer à nouveau au public. Pour cela, un important travail sur le support, la toile originale particulièrement fragilisée, va être nécessaire.Un nettoyage de la couche picturale, c’est-à-dire un allègement du vernis altéré et des éventuels repeints, sera aussi effectué. Il permettra de rendre au tableau des coloris qui se rapprocheront de la palette originale. Le Portrait de la duchesse d’Aumale est dans un bien meilleur état de conservation. La majorité des interventions concernera donc la couche picturale dont l’appréciation est gênée par un vernis jauni et des taches. 

La restauration conjointe des deux tableaux permettra d’obtenir un degré homogène d’intervention. Elle pourra s’appuyer sur l’expertise du C2RMF en la matière et sur les ressources scientifiques, historiques et de documentation qu’il peut apporter. 

Le dépôt auprès du musée Condé de Chantilly

Depuis plus d’un siècle, Versailles a consenti le dépôt de 2 566 œuvres de ses collections, dont 1 275 peintures. Aujourd’hui le musée Condé ne conserve aucun exemplaire de ces effigies célèbres du duc d’Aumale et de son épouse jeunes. Or le château de Versailles dispose de plusieurs versions dans ses collections, parmi lesquelles ces œuvres de Winterhalter non exposées, trouveront par ce dépôt la plus belle des destinations, le château de Chantilly, propriété du duc d’Aumale depuis 1830.

Selon la réglementation en usage dans les musées français, ce dépôt est consenti pour une durée de cinq ans renouvelables. Les deux œuvres seront exposées en permanence dans la Galerie de Psyché aux côtés du portrait de Louis-Henri Joseph, duc de Bourbon et prince de Condé.

Les partenaires 

L’association des Amis du Musée Condé

L’association des Amis du Musée Condé-Château de Chantilly, créée le 28 avril 1971 et reconnue d’utilité publique par décret du 8 avril 1988, a pour mission de contribuer à la mise en valeur et à la restauration des collections données à l’Institut de France par le duc d’Aumale en 1886, ainsi qu’à l’enrichissement des collections. Forte de plus de 3 200 membres, c’est une des plus nombreuses et des plus actives parmi les sociétés d’Amis de Musée en France. L’association vient de célébrer son 50e anniversaire en 2021 en organisant de nombreuses manifestations et publications, ainsi qu’une exposition rassemblant les principales acquisitions (les Amis ont acquis environ 300 œuvres en 50 ans). Au cours de ces vingt dernières années, les Amis ont ainsi engagé 1 700 903 € de 2000 à 2011 et 1 295 944 € de 2012 à 2020. Parmi les actions majeures des Amis, nous pouvons citer la restauration de 83 tableaux de la Galerie de Peinture de 2013 à 2015, la restauration du mobilier et des objets d’art des appartements privés du duc et de la duchesse d’Aumale de 2016 à 2017 ou la restauration du mobilier et des collections de la Salle de la Tribune de 2019 à 2021

Le château de Chantilly

Légué en 1884 à l’Institut de France par l’un de ses académiciens les plus prestigieux, le duc d’Aumale, le château de Chantilly abrite un patrimoine exceptionnel. Au cœur de 7 800 hectares de terres, au sein de l’une des plus grandes forêts des environs de Paris, son château, son parc et ses grandes écuries sont un joyau du patrimoine français. Les collections fabuleuses du duc d’Aumale (tableaux, livres et mobilier), réunies au sein du musée Condé, continuent de faire rêver ses nombreux visiteurs. Ses grandes écuries, chef-d’œuvre du XVIIIe siècle réalisé à la demande de Louis-Henri de Bourbon, 7e prince de Condé, abritent aujourd’hui un musée du Cheval ainsi qu’une compagnie équestre. Le château de Chantilly propose également une programmation culturelle riche et variée : expositions, spectacles équestres et grands événements (Journées des Plantes de Chantilly, Pique-nique en blanc, spectacle son et lumière Chantilly, le Rocher des trésors…).

Le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF)

Acteur patrimonial reconnu à l’échelle internationale, le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) est un service du ministère de la Culture constitué de trois départements - recherche, restauration, conservation préventive - et deux missions - documentation, archives et nouvelles technologies de l’information. La recherche, notamment sur les matériaux constitutifs des œuvres, la mise en œuvre de stratégies en conservation-restauration du patrimoine et leur diffusion sont trois des missions fondamentales du C2RMF. Il participe, également, au contrôle scientifique et technique de l’État en matière de conservation-restauration des collections publiques. Cette pluridisciplinarité fait de lui un partenaire majeur des 1 220 musées de France. Il joue par ailleurs un rôle déterminant dans le domaine des sciences du patrimoine à l’échelle nationale et internationale, notamment par le biais de projets européens.

Communiqué de presse

Visuels

Le château de Chantilly, vu du ciel

©J.Houyvet

Télécharger ce visuel
Portrait du duc d'Aumale - Musée de Condé

Commande de Louis-Philippe le 3 décembre 1843
Dépôt de Versailles au musée Condé de Chantilly
©C2RMF - Philippe Salinson

Télécharger ce visuel
Portrait de la duchesse d'Aumale - Musée de Condé

Œuvre déposée jusque-là par le château de Versailles au château de Compiègne.
Dépôt en 2022 au château de Chantilly.
© Domaine de Chantilly - Franck Raux

Télécharger ce visuel
Galerie de Psyché

Musée de Condé du Château de Chantilly
© N. Szkop

Télécharger ce visuel
Portrait du duc d’Aumale - Château de Versailles

Commande de Louis-Philippe en août 1846 pour le château de Versailles
Exposé à l'attique du Nord du château de Versailles
Réplique d'atelier du tableau aujourd'hui déposé à Chantilly
© Château de Versailles - Christophe Fouin

Télécharger ce visuel
< >

Contacts presse

Château de Versailles
Hélène Dalifard, Élodie Mariani, Violaine Solari

+33130837521

Château de Chantilly
Agnès Renoult Communication - Saba Agri

+33 1 87 44 25 25

 

Contact presse
+33 (0)1 30 83 75 21