Découvrir
Le Château
Collections
Le Jardin
Le Grand Trianon
Le Domaine de Marie-Antoinette
Pratique
Infos Pratiques
Acheter son billet
Plan Interactif
Calendrier des événements
Boutique

Actualité Tous les événements

  • Expositions

    2016

    Programmation au château de Versailles

    +Plus d'info
  • Expositions hors les murs

    2016

    Programme des expositions hors le murs

    +Plus d'info
  • Un président chez le roi

    De Gaulle à Trianon

    Du 18 juin au 9 novembre 2016, découvrez l'histoire du Grand Trianon comme palais de la République.

    +Plus d'info
  • Versailles et Marly

    4 juin - 2 octobre 2016

    Exposition de photographies : « Versailles et Marly, le domaine royal vu par ses photographes ».

    +Plus d'info
  • Olafur Eliasson Versailles

    7 juin - 30 octobre 2016

    Olafur Eliasson est l’artiste invité par le château de Versailles pour l’été 2016.

    +Plus d'info
  • L'Indépendance américaine

    Du 5 juillet au 2 octobre 2016

    Exposition à l'occasion des 240 ans de la déclaration de l'Indépendance américaine.

    +Plus d'info
  • Les publications

    Catalogue des publications du château de Versailles

    +Plus d'info
  • Salles Louis XIV

    Réouverture

    Réouverture des salles Louis XIV restaurées, véritable prélude à la visite des Grands Appartements.

    +Plus d'info
  • Galerie des Carrosses

    Réouverture le 10 mai 2016

    La collection de carrosses sera présentée dans un nouvel espace muséographique.

    +Plus d'info
  • Les Carnets de Versailles

    Octobre 2015

    Magazine programme

    +Plus d'info
  • Rencontres du Jeu de Paume

    Ecoutez le podcast

    Invitée Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie et 27e Gouverneure générale du Canada

    +Plus d'info
  • Aménagement du Pavillon Dufour

    Un nouvel accueil pour les visiteurs

    +Plus d'info
  • Médailles - Arthus-Bertrand

    La maison Arthus-Bertrand crée une nouvelle collection de médailles pour le château de Versailles

    +Plus d'info
  • Semaine du handicap 2015

    25 novembre

    Découvrez la programmation exclusive à l'occasion de la semaine du handicap

    +Plus d'info
  • Grand Appartement de la Reine

    Nouveau circuit de visite à partir du 5 janvier 2016.

    +Plus d'info
  • Prix Versailles Lire au jardin

    Deux catégories: Grand Prix du livre Versailles Lire au jardin et Prix du livre Versailles jeunesse

    +Plus d'info
  • Hommage à Philippe Beaussant

    Le "restaurateur" du baroque

    Hommage au co-fondateur du Centre de musique baroque de Versailles, spécialiste du Grand siècle.

    +Plus d'info
  • On n'y voit rien, mais...

    Du 1er au 16 juin 2016

    Une exposition des élèves des écoles et des établissements scolaires de l'Académie de Versailles.

    +Plus d'info
  • Appel à candidature

    Projet ZSP - Versailles Chorégraphié

    +Plus d'info
  • Versailles en photos à CDG

    Une exposition de photos sur le château de Versailles organisée dans les aéroports de Paris.

    +Plus d'info
  • Restaurations et remeublement

    Les travaux au château de Versailles

    +Plus d'info
  • Les acquisitions du Château

    Dernières acquisitions du château de Versailles

    +Plus d'info
  • L'archéologie à Versailles

    20 ans de fouilles archéologiques à Versailles

    +Plus d'info
  • Colloques et journées d'étude

    Activités scientifiques du Centre de recherche du château de Versailles

    +Plus d'info
  • Le bassin des Enfants dorés

    Restauration d'un chef-d’œuvre de la statuaire en plomb des jardins de Versa

    +Plus d'info
  • Spectacles à Versailles

    Opéras, concerts, ballets et soirées de gala : découvrez la programmation de la saison 2016-2017

    +Plus d'info
  • Concerts en vidéos

    Découvrez les concerts enregistrés au château de Versailles

    +Plus d'info
  • Centre de musique baroque

    Missions et programmation pour la saison musicale

    +Plus d'info
  • Académie équestre nationale

    Un lieu de spectacle et de formation, dirigé par Bartabas.

    +Plus d'info
  • Versailles Festival 2016

    Versailles Festival 2016

    Concerts, opéras, bal masqué et spectacles : découvrez le programme.

    +Plus d'info
Archives

Hommage à Gérald Van der Kemp

Partager

Imprimer le chapitre

Centenaire de la naissance du conservateur en chef du Château de 1953 à 1980

La Présidente du château de Versailles, Catherine Pégard, a rendu hommage au conservateur en chef du Château de 1953 à 1980 à l'occasion du centenaire de sa naissance.

Discours en hommage à Gérald Van der Kemp par Catherine Pégard, Présidente de l’Etablissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

25 octobre 2012


    Quelques mots, … ce soir, je ne vous dirai que quelques mots car il me revient la tâche bien hasardeuse et périlleuse de parler devant vous qui l’avez côtoyé, qui avez travaillé avec lui, qui l’avez aimé, de Gérald Van der Kemp, que je n’ai moi-même jamais rencontré. J’éprouve en l’avouant, le grand regret que ma vie antérieure, ma vie de journaliste qui m’a donné de connaître tant de personnalités illustres et différentes, ne m’ait pas offert cette chance. Car j’aurai aujourd’hui beaucoup de questions à lui poser et surtout bien des conseils à recevoir de lui.

    Néanmoins, il m’est devenu désormais, non pas familier – ce mot n’est pas je crois, du vocabulaire de Gérald Van der Kemp – mais, si j’ose dire, il est entré dans ma vie. D’abord parce que son ombre gigantesque reste partout dans Versailles, plus de trente ans après qu’il l’a quitté. Surtout parce que Gérald Van der Kemp dont nous aurions fêté, cette année, les 100 ans, est de ceux que le temps n’efface pas ou ne renvoie pas à l’indifférence.

    Vous êtes là, ce soir, pour en témoigner. Mais j’aurai bien garde de vous citer, redoutant d’oublier les liens les plus forts, les amitiés les plus longues.

    Je ne nommerai donc que vous, sa petite fille, Chère Alix, si vous le permettez, qui avec tant de gentillesse et de modestie, avez souhaité avec nous, que cet hommage lui fut rendu.

Les conservateurs de Versailles
Inf2 dimanche - 15/07/1973 - 59s
Video INA


    Et puis Béatrix Saule, qui dirige le Musée du château de Versailles, et qui, année après année, comme nous venons de le voir, poursuit avec opiniâtreté cette œuvre sans fin : faire vivre Versailles. Je n’ai aucune peine à imaginer la jeune diplômée brillante, assise au bout de la table de réunion de la Conservation que son patron appelait, avec cette infinie courtoisie qui le caractérisait, « Mademoiselle », alors qu’elle attendait son premier enfant. En 1976, cette jeune femme éblouie sans doute, découvrait Versailles certes, mais aussi un monde, le monde de Gérald Van der Kemp.

    Ce n’est, sans doute, pas tout à fait un hasard si, lorsqu’on regarde les images des journaux télévisés de l’époque, on songe irrésistiblement à Sacha Guitry. La prestance, la fleur à la boutonnière, la canne au pommeau d’argent, la voix cuivrée et l’œil qui frise, cette distance invisible dont il ne se défaisait jamais, tout semble évoquer en Gérald Van der Kemp « le maître » avec lequel il fit ses premiers choix très modernes pour sauver Versailles.

    Car lorsqu’il est nommé à 41 ans conservateur en chef « faisant fonction » du Musée de Versailles, après la mort brutale de Charles Mauricheau-Beaupré sur une route du Canada, l’une de ses premières décisions est d’autoriser le tournage de « Si Versailles m’était conté » qui reste, à ce jour, la plus ingénieuse des publicités pour ce château.

    Et Sacha Guitry en devient mécène – ce que l’on sait moins – en versant une partie de ses droits pour la sauvegarde de Versailles, l’obsession de Gérald Van der Kemp.

    Cette obsession, il l’a dès sa nomination comme conservateur adjoint de Versailles, au lendemain de la guerre, en 1946. Elle s’est sans doute construite dans ces années sombres où, fait prisonnier en Normandie d’où il s’évade en juin 1940, il suit les tribulations des trésors du Louvre en exil, qu’il protège avec courage. Là, se bâtit sa légende, si joliment contée par son biographe Franck Ferrand, cette légende qui veut qu’il s’endorme chaque soir aux pieds de la Joconde, elle-même « repliée » dans le Lot, dans le château de Montal.

    En tout cas, quand il prend ses fonctions en 1953, il s’est déjà fixé à lui-même sa feuille de route. Même s’il est un grand conservateur, il ne sera pas un patron de Versailles…ordinaire. Ses paroles, comme ses décisions, peuvent être lapidaires.
 
    Il estime qu’il a trouvé ce palais « dégoutant, vide, mort ». « J’ai voulu, [confie t-il] qu’il redevienne vivant, beau à regarder comme il l’était du temps du roi, le symbole de l’élégance française, du raffinement, du goût. Il fallait le remeubler, le vêtir, le dépoussiérer. » Ce sera la passion de Gérald Van der Kemp. Il y consacrera sa force de persuasion, son charme, ses réseaux comme l’on dit aujourd’hui – en vérité, ses amitiés. Avec la complicité somptueuse, originale, de sa seconde femme Florence, qui lui ouvrira notamment les portes de l’Amérique et fera de sa table à Versailles, un des lieux glamour de la vie parisienne !

    Vous connaissez tous ces anecdotes – certains d’entre vous en furent les victimes consentantes – qui montrent un Gérald Van der Kemp, convaincant un ami à la fin d’un déjeuner, de rendre à Versailles une pièce de sa collection. Il a l’intuition et le coup d’œil pour détecter dans un salon, l’objet noirâtre, un brin « mochasse », qui, restauré, occupera merveilleusement sa place dans l’appartement du roi. Gérald Van der Kemp invente le mécénat d’avant les lois qu’imposera son lointain successeur Jean-Jacques Aillagon pour le relancer. Ce mécénat, c’est la générosité, née des goûts et des sentiments partagés dont nous savons bien, nous ici, qu’ils sont simplement essentiels. Mais ce mécénat est sous-tendu et soutenu par une politique culturelle tout aussi indispensable que conduit le voisin de Gérald Van der Kemp à la Lanterne, André Malraux aux côtés du Général de Gaulle. Pour tous, Versailles est un élément de la grandeur de la France. Van der Kemp l’entend ainsi et l’affirme. Fastueusement. Fermement, derrière l’exquise douceur de ses manières.

    Lui qui parle si bien de la « magie solaire » qui traverse, ici, les siècles, il a cette magie de rassembler sur Versailles les plus belles configurations astrales, françaises et internationales, au point qu’il en fut bien, le dernier roi.

    Je ne ferai pas la litanie des restitutions, des restaurations que Versailles lui doit, au fil des vingt-sept années de son règne. Elles s’animent devant nous, ce soir, dans la beauté d’une nuit lumineuse.

    Et puis, elles nous donnent le vertige, à nous qui avons encore tant à faire ou à refaire, un demi-siècle plus tard ! Mais tout de même, avec, ne l’oublions pas, l’architecte en chef du palais, Marc Saltet, c’est la réouverture de l’opéra royal, la restitution de la Cour de marbre et du Grand Trianon, la réouverture du Petit Trianon, la restauration de la chambre de la reine… Et encore le retour de tant de meubles, d’objets, de peintures des collections royales telles que l’immense tableau de Véronèse qui rejoint, en 1961, le salon d’Hercule.

Et enfin, comme le couronnement d’une vie, la restauration de la chambre du roi.

Les artisans de Versailles
Inf2 dimanche - 15/07/1973 - 27min53s
Video INA

    Valéry Giscard d’Estaing l’inaugure, en juin 1980, au moment où Gérald Van der Kemp doit quitter ses fonctions, avec comme il le dit à la télévision, la voix un instant étranglée, un « chagrin profond ». Mais ce grand témoin d’un monde évanoui n’est pas homme à « prendre sa retraite ». Il est déjà, dépêché par l’Institut de France, à Giverny où avec l’enthousiasme d’un jeune homme et toujours le soutien flamboyant de sa femme, il ressuscite la demeure de Claude Monet qui n’était plus qu’une maison délabrée dans un jardin abandonné d’un village ignoré de Normandie.

    Il s’y éteint le 28 décembre 2001 et sa femme y poursuit son œuvre jusqu’à sa mort en 2008. Vous me disiez, cher Hugues Gall, qui lui avez succédé à la tête de la Fondation Claude Monet, que cette année ce sont plus de 600 000 visiteurs qui ont découvert le jardin que le peintre décrivait comme son « chef d’œuvre ».

    Gérard Van Der Kemp a rendu la vie à Giverny comme il a imposé un nouveau Versailles en faisant de chaque chantier un nouvel événement médiatique qui mettait en valeur tous ceux qui, avec lui et son équipe rapprochée, faisait Versailles, chaque jour.

    Car Gérald Van Der Kemp a aussi créé les ateliers de sculpture sur bois et sur pierre, de dorure, d’horlogerie, de tapisserie, indispensables, disait-il, à une maison princière. Ainsi fit-il aussi du château de Versailles la vitrine des métiers d’art français qu’il est aujourd’hui. Ce sont ces artisans qui grâce au tombé d’un tissu, au tic-tac d’une pendule, à la présence d’une sculpture, à la lumière d’une girandole donnent aujourd’hui à
6,5 millions de visiteurs l’impression de rentrer dans l’intimité d’une demeure royale.

    Hier, tandis que nous découvrions le faste retrouvé du Salon de Mercure, un de ces artisans, un tapissier, me confiait qu’il retrouvait-là le style Van Der Kemp mais aussi qu’aujourd’hui, comme il y a trente ans, il constatait qu’il devait à Versailles de pouvoir encore exercer son métier et défendre le savoir-faire français. A y bien réfléchir, je pense que c’est cet hommage-là qui aurait le plus ému Gérald Van der Kemp.

En poursuivant votre navigation sur ce site sans modifier vos paramètres, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. En savoir plus. Fermer