Découvrir
Le Château
Collections
Le Jardin
Le Grand Trianon
Le Domaine de Marie-Antoinette
Pratique
Infos Pratiques
Acheter son billet
Plan Interactif
Calendrier des événements
Boutique

L'HistoireLes grandes dates

1685 Réception du doge de Gênes

Partager

Imprimer le chapitre

15 mai 1685

Première du genre à Versailles, la somptueuse réception du doge de Gênes dans la galerie des Glaces par Louis XIV atteste désormais de la dimension politique prise par le Château. Le Roi est alors au comble de sa gloire et de sa puissance.

La République de Gênes n’est plus, au XVIIe siècle, la puissance maritime et commerciale d’autrefois. Pour conserver son indépendance face à la Savoie et surtout la France, elle doit demeurer l’alliée de l’Espagne. Aussi a-t-elle accepté de construire pour elle quatre galères. Irrité de cette provocation, du traitement humiliant infligé à son envoyé Pidou de Saint-Olon ainsi que du refus de la République de laisser passer des troupes françaises sur son territoire, Louis XIV adresse un ultimatum. Une escadre, commandée par le marquis de Seignelay et Duquesne, vient exiger en mai 1684 la remise des quatre galères et l’envoi d’ambassadeurs à Versailles pour présenter des excuses. Devant son refus, Gênes est pilonnée durant dix jours. Elle reçoit 14 000 bombes et boulets ! La moitié de la ville est détruite. Elle doit s’incliner.

Pour masquer le caractère humiliant de son ambassade, la République décide l’envoi du doge en personne et d’une suite fastueuse. Démarche exceptionnelle car la constitution interdit au doge de quitter la ville sous peine de déchéance. Le 15 mai 1685, Francesco Mario Lercaro fait son entrée solennelle dans la galerie des Glaces, habillé de velours rouge et flanqué de quatre sénateurs vêtus de noir. Il vient s’incliner devant le Roi, debout sur une estrade placée au fond de la galerie. Pour impressionner son hôte, Louis XIV y a fait disposer son splendide mobilier d’argent massif !

Passé le temps des excuses, le doge est conduit pendant dix jours à visiter Versailles. On lui montre les grands appartements, les jardins, les animaux de la Ménagerie, le vaste Canal, Trianon. Devant tant de splendeurs, il déclare ironiquement : « Il y a un an nous étions en enfer et aujourd’hui nous sortons du paradis ! »  Il assiste au Lever du Roi le 23 mai et prend congé le 26. Louis XIV lui offre une boîte revêtue de portraits magnifiques ainsi que des tapisseries des Gobelins. Les quatre sénateurs reçoivent leur portrait enrichi de diamants ! Du faste comme instrument politique et diplomatique !

La réception aura un grand impact en Europe : la France devient la puissance à combattre. Une nouvelle guerre se prépare, celle de la Ligue d’Augsbourg. Guerre qui entraînera la fonte du mobilier d’argent…

 

En poursuivant votre navigation sur ce site sans modifier vos paramètres, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. En savoir plus. Fermer