Document

La Princesse Palatine, protectrice des animaux

Nicolas Milovanovic
avec les éditions Perrin, collection « Les Métiers de Versailles », 2012
16,8 x 21,7 cm, 200 p., 19,95 € TTC
ISBN 978-2-26204-095-6

Les animaux de compagnie étaient nombreux à Versailles : chiens, chats, perroquets... Ils ajoutaient de la vie aux appartements d’apparat, n’hésitant pas à faire leur sieste sur les manteaux des dames, et jusque dans la chaise percée de Louis XVI ! Les chiens et les chats avaient droit à des écuelles en porcelaine fine, à des colliers ornés de pierres précieuses et à des niches en marqueterie de bois exotiques.

Cet aspect de l’existence à Versailles est aujourd’hui très peu connu. Il est ici redécouvert à travers la personnalité de la princesse Palatine, belle-soeur de Louis XIV. Dans ses nombreuses lettres, elle décrit avec verve et humour la cour de Versailles ainsi que sa passion pour les animaux.

Son attitude témoigne d’une nouvelle sensibilité en opposition avec la froide théorie des « animaux-machines » de Descartes, alors admise dans les milieux savants, et que la princesse pourfend avec malice : « Quand vous êtes jaloux », écrit-elle à un évêque cartésien, « êtes-vous machine ou homme, car après vous je ne connais rien de plus jaloux que mes chiens ? ».

Sommaire : 

Des animaux de papier
Les épagneuls de la princesse
Les chiens souverains
L'amour des chats
Des carpes de Louis XIV aux pigeons de Madame de Pompadour
Les premiers compagnons des petits princes
La princesse contre les « animaux-machines » de Descartes
Annexes