Jacques Necker Grand financier de Louis XVI (1732-1804)

Banquier d'origine suisse ayant fait fortune à Paris, Jacques Necker est célèbre pour sa carrière de ministre des Finances. Il mène une politique économique de rigueur, de réduction des dépenses et de réforme des structures de l’administration financière. Tour à tour renvoyé puis rappelé par le roi, Necker quitte définitivement le pouvoir en 1790.

Après la disgrâce de Turgot en 1776, Louis XVI choisit de nommer Necker directeur du Trésor royal. Il est alors connu pour le prix d’éloquence qu’il a remporté à l’Académie française avec son Éloge de Colbert. Necker multiplie les mesures destinées à alléger les dépenses de l’État. Mais son fameux Compte rendu au Roi attire, en 1781, les foudres du Parlement de Paris qui le poussent à démissionner et à se retirer dans son château de Saint-Ouen.

Il est rappelé par Louis XVI en 1788 à la direction générale des Finances, puis nommé ministre et membre du Conseil du roi. Sans abandonner les finances, son action se fait nettement plus politique. Il rappelle le Parlement de Paris, dont les membres avaient été exilés, et avance la date de convocation des États généraux.

Devant affronter la grave crise frumentaire qui touche la France, il met en place des mesures protectionnistes : l’exportation des céréales est prohibée, l’achat de grains hors des marchés interdit. Mais, indécis sur les moyens de trouver une solution à la crise des États généraux et contrarié dans ses projets, il refuse d’assister à la séance royale du 23 juin 1789. Il est alors congédié par Louis XVI.

Appelé, pour la troisième fois, au pouvoir par le roi en juillet 1789, Necker déplait par ses choix politiques. Il préfère démissionner en septembre 1790, et choisit de se retirer dans son pays natal où il se consacre à l’écriture et à sa famille, notamment à sa fille, Madame de Staël. Il meurt en 1804.